Camille de Toledo : Thésée

//Camille de Toledo : Thésée

Camille de Toledo : Thésée

Par MAB

Cet homme a eu dans sa vie tumultueuse plusieurs patronymes. A sa naissance en 1976, il se nommait Alexis Mittal, fils d’un producteur de cinéma et d’une journaliste du Nouvel Observateur et petit-fils du patron de Danone, Antoine Riboud. Pour nom de plume, il choisit ensuite, Camille de Toledo et devint l’écrivain essayiste et auteur de BD que le festival d’Angoulême accueillit à plusieurs reprises. Enfin pour se chercher et se dévoiler dans une œuvre remarquable pressentie pour le Goncourt ( et que l’on préfère de loin à « L’Anomalie »), il se masque derrière le nom mythologique de Thésée. Signifiant ainsi qu’il va se confronter à un Minotaure intérieur pour s’ émanciper d’un passé trop lourd et reconstruire un corps et une âme en état avancée de délabrement. Bien évidemment “Thésée, sa vie nouvelle” n’est pas un ouvrage ludique. Il dérange autant qu’il console. A offrir en ces temps festifs ? Pas sûr. Mais, à l’heure de bilans, c’est assurément, la pépite littéraire de l’année 2020. Explications : « Un jour- écrit Camille de Toledo– le corps ne tient plus, la colonne vertébrale s’affaisse, les dents se déchaussent, les nerfs se paralysent. Ce sont les chocs encodés dans la matière qui se réveillent, la mémoire encapsulée des traumas qui cherche à se faire jour » Alors il n’y a d’autre choix que de chercher pourquoi. Il faut d’abord fuir la France, partir se terrer à Berlin (hasard ou coïncidence ? ) puis écouter ce cri du corps, exhumer les blessures – les morts consécutives de son frère, de sa mère et de son père- rouvrir les cartons de photographies et de lettres des ancêtres. Pour enfin démystifier le roman familial : le mensonge entourant la mort de l’aïeul, les changements d’identité, les dits et non dits, les faux semblants du bonheur parental, mais aussi et surtout l’imposture des trente glorieuses et de la modernité…En somme à travers sa vie et celle des siens c’est tout le vingtième siècle mortifère que « Thésée » revisite. De surcroît, l’écriture incantatoire est sublime.

By |janvier 1st, 2021|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

cinq × cinq =