Camille Kouchner : La Familia Grande

//Camille Kouchner : La Familia Grande

Camille Kouchner : La Familia Grande

Par MAB

Il faut bien revenir sur le phénomène de société qu’est la sortie de « La Familia Grande » de Camille Kouchner. Car, ce récit dans lequel cette avocate de 45 ans, fille de l’ancien ministre Bernard Kouchner dénonce  – enfin- les abus sexuels commis par son beau père, sur son frère jumeau, dépasse toutes les prévisions du Seuil, son éditeur. Malgré l’énorme couverture médiatique qui en révélait déjà tout le contenu : c’est à dire, l’identité du beau-père, le juriste charismatique Olivier Duhamel ; celle de la mère, la politologue libertaire Evelyne Pisier , de la sœur de celle-ci,  l’actrice Marie France qui a mis fin à ses jours en avril 2011 , la date et le lieu des faits : une belle demeure familiale de Sanary à la fin des années quatre-vingt,  lorsque « Victor » avait 14 ans… les lecteurs se sont donc précipités. Et le tirage est passé le jour même de la sortie de 70 000 à 170 000. Légitime bien sûr, un tel « succès ». Quand la loi n’a pas agi. Quand il y a prescription, il faut, quand on a les outils pour le faire, que l’écrit brise l’omerta. Qu’un témoignage personnel, fut-il d’abord thérapeutique pour soi-même, soit lu par le plus grand nombre afin d’encourager les victimes – de tous milieux et de toute époque-  à sortir de l’ombre à leur tour. Là dessus, on est tous bien d’accord . C’est ce qui s’est passé avec « Le Consentement » de Vanessa Springora.  Et puis au-delà de l’inceste, « La familia Grande » décrit en détails –  situations scabreuses, jeux libidineux, mots et gestes – une petite société de gens en vue qui se pensaient au-dessus de la vertu et des principes  éducatifs. C’est sidérant de le découvrir et tant pis si le style ne suit pas toujours ! On dit pourtant Camille Kouchner extrêmement stressée par la vague provoquée par son livre. Sur les réseaux sociaux, des internautes ont immédiatement révélé la véritable identité de son frère jumeau, la victime qui ne voulait pas apparaître publiquement. Des démissions, des renvois et procédures ont été activés. Un #MeToo de l’inceste s’est mis en place. Ce n’est peut-être pas tout à fait ce que Camille voulait, comme le prouvent les lignes consacrées à une mère dans le déni et malgré tout, très aimée. En tout cas, dans le sillage de cette affaire et de ce livre,  des centaines de victimes témoignent sur Twitter. Preuve que la courageuse Camillou, comme on l’appelait dans cette famille, a bien fait.

By |janvier 23rd, 2021|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

16 − 10 =