Mitterrand et la maison des secrets

//Mitterrand et la maison des secrets

Mitterrand et la maison des secrets

Par MAB

Au fond, qu’on le prononce latcheu ou latché, « Latche », petit coin caché des Landes, où personne n’a le droit de s’aventurer, est connu de tous. Chacun sait désormais qu’il s’agit d’un lieu hors du temps,  à la fois proche d’Hossegor et à l’écart de tout,  dont l’énigmatique François Mitterrand fit sa « Maison des secrets ». Belle idée qu’ont eue les journalistes Yves Harté, ex de Sud-Ouest et Jean-Pierre Tuquoi, ancien du « Monde » de nous en ouvrir les portes, les fenêtres, les salles de réunions informelles, voire les alcôves. Leur récit chronologique est passionnant.  Tout commence, donc, l’été 1949. François, Danielle et leurs deux enfants, Jean-Christophe et Gilbert, séjournent pour la première fois à Hossegor. Emballés par cette station élégante, ils y font construire une maison, non loin de la résidence d’été de l’industriel de Clermont-Ferrand, Pierre Pingeot dont la deuxième fille, Anne, est à peine plus âgée que Jean-Christophe. Passent les étés et les soirées alanguies sur la terrasse des deux villas, Anne grandit. Monte à Paris pour faire ses études. Ses parents la confient aux bons soins des Mitterrand. En 1960, François a 44 ans. Il y a eu la ténébreuse affaire de l’Observatoire. Politiquement, il est vacant. Il consacre du temps à la jeune fille et tombe amoureux. Lui vient alors l’idée d’acheter cette vieille bergerie endormie nichée au milieu des pins qui cachera leur liaison. Or la suite sera beaucoup moins romantique que ces ruines ne le laissaient présager. En fin de compte, Latche est tout de suite « la maison familiale officielle », le fief de Danielle et des enfants. Mitterrand avait promis, il s’est dédit. « Ce ne sera plus pareil après » dira Anne Pingeot. De fait, ce coin écarté se construira comme une terre promise pour la geste mitterrandienne. Lieu de retrouvailles des habitués et des courtisans. Passage obligé pour les jeunes pousses socialistes avec obligation d’aller caresser les ânes et écouter les interminables discours sur les arbres. Emploi à plein temps pour l’amant de Danielle. Puis carrément une annexe de l’Élysée, où viendront dormir les dirigeants du monde d’hier. Enfin, c’est à Latche que celui qui lutta en silence contre la maladie, passera le réveillon douloureux et mélancolique de 1995 entouré des siens et de quelques fidèles. Il mourra huit jours plus tard à Paris, et selon ses volontés, sera enterré près de sa mère à Jarnac, dans la Charente de sa naissance. 25 ans après, rien n’a changé à Latche. Gilbert en est désormais le berger.

By |mai 8th, 2021|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

deux + dix-neuf =