F1 2021

F1 2021

Par Cédric Coppola

Les voitures dans le Paddock. Lewis Hamilton, Max Verstappen ou le Monégasque Charles Leclerc prêts à faire vrombir les moteurs de leur Mercedes, Red Bull, Ferrari… Aucun doute la saison de Formule 1 est lancée sur les consoles. Un nouvel opus qui, sur le papier,  marque un véritable tournant puisque Codemasters a été racheté par le mastodonte Electronic Arts. Sans oublier qu’il s’agit de la première édition du jeu sur PS5 et Xbox Series. De quoi permettre à la franchise de franchir un cap, dans la technique et les sensations ? On ne fera pas durer le suspense. F1 2021 n’est pas la claque révolutionnaire espérée. Certes, sur des bécanes dernier cri le rendu est plus fin et un choix entre le mode performance ou graphisme fait le boulot, mais le résultat est loin d’être décoiffant. Pour les sensations, le constat est identique puisqu’on retrouve peu ou prou le même pilotage, avec des aides paramétrables pour contenter les débutants ou les experts. Pas forcément un mal tant la série est immersive et tutoie la perfection dans ce domaine. On notera par contre sur PS5, une utilisation efficace du retour haptique de la manette Dualsense pour faire ressentir les changements de vitesse ou les particularités de chaque tracé. Ces derniers sont comme de coutume fidèlement modélisés et calqués sur ceux de la dernière saison. De quoi améliorer le fun des gamers non équipés d’un volant.

Passée cette petite déception d’assister à une simple évolution, le plaisir est là et le titre est hautement recommandable. A l’instar de Fifa ou de NBA 2KF1 2021 voit l’apparition d’un mode histoire. Etalé sur une petite dizaine d’heures, celui-ci, nommé Point de rupture revient sur l’ascension d’un jeune champion, Aiden Jackson depuis la Formule 2 jusqu’aux luttes avec les cadors de la discipline. Comme on peut s’en douter des rivalités avec des vétérans ne vont pas tarder à voir le jour. Bien qu’assez classique dans son déroulé, cette variante est plaisante et apporte une véritable fraîcheur. Si l’on se passerait volontiers de la personnalisation des équipements et la customisation visuelle des véhicules, avec des objets à acheter avec de l’argent virtuel ou réel, d’autres ajouts ont de quoi séduire. La carrière est enfin jouable en coopération (uniquement en ligne et pas en écran splitté sur la même console) et il est désormais possible de rejoindre un championnat en cours en prenant en compte le classement actuel des pilotes. Et ce, depuis n’importe quel week-end de course. Des défis hebdomadaires sont aussi au programme. Notons aussi des menus plus ergonomiques qui permettent de passer du solo au multi avec une grande facilité. Un regret : la disparition des challenges historiques, avec les bolides de l’ère Nigel Mansell, Ayrton Senna voire Alain Prost pour ne citer qu’eux. De quoi en garder sous le capot pour un éventuel DLC.

 

 

By |juillet 27th, 2021|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

7 − 1 =