Par la rédaction

La Fondation Maeght consacre ce printemps une grande exposition monographique au designer Bernard Moninot. Le dessin élargi présente à la Fondation Maeght des oeuvres réalisées in situ inédites, spécialement créées pour le lieu. Dans les années 1980, Bernard Moninot redéfinit son travail en intégrant aux dimensions spatiales traditionnellement liées au dessin, une recherche expérimentale où l’artiste explore les possibilités qu’offrent certains phénomènes, comme l’ombre, pour produire des formes visibles du temps. Il renonce à l’idée de maîtrise et son travail et s’oriente alors vers les phénomènes naturels : lumière, ombre, vent, ondes sonores… L’atelier devient observatoire puis laboratoire. À partir de 2005, Bernard Moninot réalise des oeuvres aux enjeux plus complexes. Il combine trois notions qui constituent un programme artistique : le hasard, l’inconscient et l’intuition. Ses installations deviennent de plus en plus autobiographiques. Elles sont accompagnées de dessins préparatoires,  mais aussi d’autres plus autonomes réalisés simultanément d’après les installations. Le processus créatif est le sujet principal lié au développement du temps. Dans ses agendas, l’artiste consigne des petits événements, « une manière plus légère de faire entrer le temps de la vie dans mon travail »,  dit-il. L’exposition à la Fondation Maeght présente sept installations majeures, créées ces dix dernières années : Antichambre, Ensecrètement, Lumière fossile, Objets de silence, Chambre d’écho, Point de rosée et Mémoire du Vent,  ainsi que des oeuvres que l’artiste a réalisées spécialement pour la Fondation.