James Lee Burke : Robicheaux

//James Lee Burke : Robicheaux

James Lee Burke : Robicheaux

You know my name” dit la jacquette américaine du bouquin. Effectivement : depuis qu’on a fait connaissance avec Dave Robicheaux au mitan des années 80 dans  The Neon Rain (Légitime Defense en VF) , on suit avec délice les aventures du flic poissard de New Iberia  (Louisiane). Robicheaux est sa vingt et unième et le titre laisse penser qu’elle pourrait résumer toutes les autres.  En attrapant le bouquin,  on a d’ailleurs cru, vue l’épaisseur, qu’il pourrait s’agir d’une sorte de best of ou d’un recueil de nouvelles inédites. Mais non. On retrouve Dave meurtri par la mort de sa femme Molly, victime d’un chauffard, tout près de replonger dans ses vieux démons : l’alcool et la violence.  Sa fille Alafair (qui porte le même nom que celle de l’auteur et exerce le même métier : écrivain) accourt pour le soutenir. Trop tard:  le responsable de l’accident de Molly est retrouvé battu à mort et tout accuse Robicheaux  qui,  le soir du crime,  s’est justement payé  une cuite royale et a fait un black-out. Comme si cela ne suffisait pas, son vieux pote Clete (un tas d’emmerdes sur pattes, mais aussi un cœur généreux) est menacé de mort par les types auxquels il a emprunté de l’argent qu’il ne peut (et ne veut) évidemment pas rembourser… On fait aussi la connaissance de deux femmes flics dures à cuire, d’un futur sénateur au passé trouble, d’un riche héritier qui veut devenir producteur de cinéma, d’un écrivain célèbre et de sa femme à moitié folle et d’un tueur psychopathe qui sourit aux enfants et se fait appeler Smiley,  mais s’avère être l’exécuteur des basses œuvres d’on ne sait quel commanditaire… Le tout sur fond de bayou hanté par des fantômes de soldats confédérés en butternut. Ah, la Louisiane !  Un Etat qui , sous la plume volontiers lyrique de Burke, ressemble  à  “un asile psychiatrique en plein air dans lequel des millions de gens sont bourrés la plupart du temps” et où “La cirrhose est un héritage familial.”…  Disons-le tout net : Robicheaux est le meilleur JL Burke ( donc le meilleur polar) qu’on ait lu  depuis des lustres.  Le chef d’oeuvre testamentaire d’un écrivain de 82 ans, dont la saga a déjà inspiré un de ses meilleurs films à Bertrand Tavernier (Dans la brume électrique) et qui n’attend plus que la consécration d’Hollywood.

By |août 29th, 2019|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

18 − 5 =