Thee Wreckers Tetralogy

//Thee Wreckers Tetralogy

Thee Wreckers Tetralogy

 

Le pitch

Thee Wreckers Tetralogy s’attache aux déambulations d’un groupe de rock virtuel, où la musique redonne vie aux fantômes et ravive les souvenirs, les illusions, les sacrifices. Un trip musical résolument Rock, convoquant l’esprit des artistes, à la fois jeunes, vieux, morts et éternels…

Ce qu’on en pense

Décédé en mars 2019 à l’âge de 50 ans, l’artiste néerlandais Rosto a laissé une oeuvre musicale et filmée qui baigne dans des atmosphères à la Residents/NIN/David Bowie (En retour, ce dernier s’est semble-t-il pas mal inspiré de l’univers visuel de Rosto pour ses derniers clips). Thee Wreckers Tetralogy est le montage de quatre courts métrages sous forme de cadavre exquis (la fin de l’un est le début de l’autre) qui racontent à leur manière l’épopée d’un groupe de rock (The Wreckers), plus ou moins inspiré de celui qu’avait formé Rosto dans sa jeunesse. Les chansons de la  B.O,  que Rosto a écrites dans une veine très Bowie dernière période, racontent l’histoire et sont annoncées par des citations de John Lennon ou Kurt Cobain, d’où il ressort que la réalité pourrait être “un rêve que l’on fait ensemble”…  Les effets visuels et les personnages résultent du mélange d’images réelles et d’images de synthèse insérés dans des décors numériques. Le résultat, bien que très clippesque,  est parfaitement original et légèrement perturbant. Un cauchemar de Tim Burton sous drogues psychédéliques.  Déjà culte malgré une sortie écourtée par le confinement  Thee Wreckers Tetralogy est à voir en replay sur Arte et en projection dans quelques salles,  dont celle de la cinémathèque de Nice. Pour amateurs de rock industriel et de cinéma de l’étrange.  

By |juin 24th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

14 + dix-neuf =