Warhammer 40 000: Mechanicus

//Warhammer 40 000: Mechanicus

Warhammer 40 000: Mechanicus

Par Cédric Coppola

Au fil des ans, les figurines chères à Games Workshop ont su s’imposer dans l’univers du gaming. Du jeu d’action, du hack’n’slash façon « Diablo », des variantes stratégiques… la franchise s’est essayée à une flopée de styles avec plus ou moins de réussite. Dernier jeu en date « Mechanicus » est un tactical pur et dur, articulé autour de personnages moins emblématiques mais prisés par les fans. Un opus qui arrive sur console plus d’un an après son incursion sur PC. Dans la peau du Tech-Priest Magos Dominus, l’objectif est de remplir une série de missions sur la planète Silva Tenebris, autrefois colonisée, mais dont on ne reçoit plus de contact. Sur place, la menace alien plane… et se tirer d’affaire ne sera pas si simple. Si le pitch semble basique au premier coup d’œil, l’histoire est bien plus complexe. Elle possède différents niveaux de lecture et est longuement développée. Les nombreux personnages rencontrés ont leur motivation, un véritable background et se montrent plutôt bavards, quitte à casser le rythme. A contrario, cela donne un véritable intérêt aux tâches à accomplir. Sur le terrain, il s’agit de se rendre dans des tombes… à l’apparence holographique. Un grand écart qui mélange vestige et technologie plutôt déroutant. Dans les différents couloirs, on déploie ses troupes et atteint des points d’intérêts… On en apprend ainsi plus sur l’univers assez mystérieux avant de s’engager dans des combats au tour par tour, dans l’esprit « X-Com ». On avance donc chacune de ses unités sur une grille pour tenter de surprendre l’adversaire, avant qu’il agisse à son tour. Les capacités actives et passives jouent un rôle primordial. Au fil du temps, on élargit ses compétences et on repart à l’assaut. Classique, mais toujours efficace. Jeu rigoureux, souvent obscur, « Mechanicus » n’est donc pas à mettre entre toutes les mains. L’atmosphère SF possède cependant son propre cachet. Sans être aussi abouti que « Dawn of war », il s’appuie sur des mécaniques rôdées pour happer l’amateur pendant plusieurs dizaines d’heures, voire plus, vu que certains choix ont de réelles conséquences sur le scénario. (Jeu testé sur PS4 Pro)

By |août 7th, 2020|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

un × 3 =