Tenet

Tenet

Par Philippe DUPUY

Le pitch

Muni d’un seul mot de passe – “Tenet”  – et prêt à tout pour sauver le monde, un agent de la CIA (John David Washington) traque un oligarque Russe (Kenneth Branagh), qui détient une machine permettant d’inverser le temps et menace l’ordre mondial. Pour l’approcher, il doit séduire sa femme (Elisabeth Debicki)

Notre avis 

La rumeur d’un James Bond noir était finalement fondée. John David Washington (fils de Denzel)  incarne un agent secret qui, bien qu’Américain,  a tous les attributs d’un 007 dans le nouveau film de Christopher Nolan (Inception, Dark Knight Rises,  Interstellar, Dunkerque). Plus qu’à Inception, en effet,  c’est bien à un James Bond (mâtiné de Mission Impossible) que ressemble Tenet. Tout y est : un espion dur à cuire mais toujours classe (John David Washington), une femme fatale (Elisabeth Debicki, sublimissime), un méchant d’envergure internationale  (Kenneth Branagh avec accent russe),  un acolyte bricoleur à la Q (Robert Pattinson, éblouissant), une intrigue qui saute de pays en pays (Russie, Inde, Angleterre, Sicile…),  des voitures de luxe, des yachts, des poursuites et des bagarres spectaculaires, une musique omniprésente…  et même un gadget pour inverser le temps (le fameux Tenet) ! Nolan étant Nolan, il ne pouvait évidemment pas se contenter de réaliser un ersatz de James Bond. D’où la complication maximale d’une intrigue à rebrousse temps,  à laquelle on n’a rien compris, faute sans doute de doctorat en physique quantique. A l’image, en tout cas, ça ne donne rien d’aussi spectaculaire que les projections mentales d’Inception ou la traversée du trou noir d’Interstellar : des balles qui rentrent dans un revolver au lieu d’en sortir, des objets qu’on lâche et qui reviennent dans la main, des voitures qui reculent au lieu d’avancer, des personnages qui se dédoublent, des immeubles qui s’écroulent et se reconstruisent… Rien de très original. Heureusement,  les  scènes de poursuites et d’action sont plus réussies (mentions spéciales à l’attaque de l’ opéra qui ouvre le film et à celle d’un camion contenant du plutonium) et Elisabeth Debicki et Robert Pattinson sont fascinants à regarder jouer. On est moins fan de John David Washington, qui manque singulièrement de charisme… Et d’une bonne vingtaine de centimètres par rapport à sa longiligne partenaire ! Son père était autrement plus sexy. Au final, avec une intrigue moins prise de tête, une demi-heure de moins et Daniel Craig dans le costume du héros, Tenet aurait fait un excellent James Bond. 

By |décembre 15th, 2020|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

treize + 7 =