Them (Eux)

//Them (Eux)

Them (Eux)

Par Phil Inout

Le pitch

En 1953, Alfred (Ashley Thomas) et Lucky (Deborah Ayorinde) Emory, un couple d’afro-américains, décident de fuir les lois Jim Crow de la Caroline du Nord pour s’installer avec leur petite famille en Californie, dans un quartier résidentiel entièrement blanc de la banlieue de Los Angeles. Ils sont dès lors confontés à l’accueil glacial de leurs nouveaux voisins guère habitués à cohabiter avec des gens de couleur. Dans ce climat tendu, la maison devient le théâtre de phénomènes surnaturels inquiétants impliquant des forces maléfiques…

Ce qu’on en pense

Après Lovecraft Country, cette nouvelle série américaine vient à nouveau explorer le racisme et la ségregation à travers le genre horrifique. Débarquée de façon plutôt discrête sur la plateforme d’Amazon,  Them (Eux en VF)  est une vraie réussite bien que réservée aux amateurs de sensations fortes (évitez  l’épisode 5, si vous avez le coeur fragile). Après un premier épisode d’installation assez tranquille, Them/Eux plonge, en effet, le spectateur au coeur du cauchemar de cette famille noire qui quitte le Sud pour s’installer en Californie, dans un quartier résidentiel totalement blanc. Leur arrivée dans la nouvelle maison, filmée au ralenti,  avec la bande son également ralentie (un procédé efficace pour installer l’angoisse) sous le regard éberlué et hostile des voisins sur le pas de leur porte,  est un grand moment de… cinéma !  La mise en scène de l’inconnu Little Marvin (qui ne devrait pas le rester longtemps), l’interprétation et la reconstitution des années 50 sont , en effet, dignes d’un grand film de studio hollywoodien. Des qualités qui devraient inciter même les plus réticents au genre à jeter un oeil sur cette formidable (mais sanglante) série.

By |mai 11th, 2021|Categories: Séries|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

8 + 16 =