Javier Cercas : Terra Alta

//Javier Cercas : Terra Alta

Javier Cercas : Terra Alta

Par MAB

Terra Alta est la première incursion dans le polar populaire de Javier Cercas, l’un des grands écrivains contemporains de langue espagnole. Un épais et profond roman noir qui non seulement se réfère habilement aux Misérables  de Victor Hugo, mais s’apparente aussi par la technique narrative au grand Simenon. Voire  aux films âpres et engagés comme l’était La Isla Minima. Bonne nouvelle ! C’est aussi le premier tome d’une trilogie dont le second volume est déjà sorti en Espagne.  D’abord le titre: Terra Alta. Il s’agit d’un coin isolé dans l’extrême Sud de la Catalogne. Un lieu de mémoire ou se déroula en 1938, la sanglante bataille de l’Ebre. Un« détail » historique qui aura son importance dans cette intrigue contemporaine dont bien des secrets plongent leurs racines dans la guerre. Car, les lecteurs de Cercas le savent: depuis  Les soldats de Salamine , l’écrivain reste obsédé par la volonté de disséquer couche après couche le conflit espagnol. Même si, pour l’heure, il nous fait suivre uniquement l’ombrageux Melchor: sa vie au présent comme flic enquêteur dans une horrible affaire de tortures et assassinat d’un couple de vieux notables. Mais aussi par longs flash-back son passé de malfrat, et ses années de prison, à la fois éclairées par la lecture et relecture des Misérables et endeuillées par l’annonce de la mort de sa mère. Elle était prostituée dans les bas fonds de Barcelone. Elle fut massacrée dans un terrain vague. Ainsi, on aura compris que Terra Alta joue sur la dualité. Le héros est à la fois un Jean Valjean et un Javert, les deux personnages antinomiques de Hugo. Le lecteur, lui, suit de front l’enquête officielle sur le mystérieux double meurtre et les investigations officieuses que Melchor mène depuis des années pour confondre le ou les assassins de sa mère. Le balancier entre passé et présent est parfaitement équilibré. L’action et l’introspection, de même. Et si la société espagnole d’aujourd hui (il y est question aussi des attentats de Barcelone de Août 2017) est analysée, les souffrances de celle d’hier, tout autant. Une lecture passionnante, couronnée du Prix Planeta, l’équivalent de notre Goncourt.  

By |mai 29th, 2021|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

9 + 18 =