L’Opéra

//L’Opéra

L’Opéra

Par Philippe DUPUY

Le pitch

A l’Opéra de Paris, Zoé (Ariane Labed), danseuse étoile de 35 ans à la carrière fulgurante, vit aujourd’hui dans l’excès : trop de fêtes, d’amants, d’angoisses, de blessures… Parce qu’elle n’a plus le niveau et qu’on le somme de faire des économies, Sébastien Cheneau (Raphaël Personnaz), le nouveau directeur de l’Opéra, veut la licencier. Une première dans l’histoire de l’Opéra ! Mais Zoé va se battre contre l’institution, ses pairs et surtout contre elle-même pour décrocher une seconde chance. Dans le même temps, Flora Soumaré (Suzy Bemba), 19 ans, une jeune danseuse noire, vient de rejoindre le corps de ballet et n’a que quelques mois pour s’intégrer et faire ses preuves…

Ce qu’on en pense

Depuis L’Age heureux (Odette Joyeux 1966), aucune équipe de tournage n’avait squatté aussi longtemps les ors et les coulisses de l’Opéra de Paris. C’est la bonne surprise de cette série signée  Cécile Ducoq et Benjamin Adam : qu’il s’agisse de montrer les luttes de pouvoir, les rivalités artistiques, les lourdeurs administratives et syndicales, le travail des danseurs, les répétitions ou les spectacles,  l’immersion est d’un réalisme saisissant. Du coup, on pardonne le portrait un peu chargé de l’héroïne incarnée par Ariane Labed,  dont le scénario veut à tout prix faire une diva des pointes aux excès de rock star alors qu’il aurait pu se contenter du portrait d’une Etoile meurtrie et vieillissante. La première scène, où on la voit sortir de boite de nuit et se défoncer avec son jeune amant avant une représentation, où elle arrive juste à temps pour monter sur scène, a bien failli nous exclure de la série. Quand on sait la discipline que s’infligent les danseurs pour parvenir au statut d’Etoile et le travail que cela représente pour se maintenir à ce niveau d’exigence, on se doute bien que jamais au grand jamais une Etoile ne s’autoriserait pareil comportement. Heureusement, la suite est plus crédible et on suit avec intérêt  les efforts de Zoé (Ariane Labed qui n’a pas volé son prix d’interprétation à SérieMania) pour revenir à un meilleur niveau,  ceux de Flora (Suzy Bemba attachante) pour intégrer le ballet et ceux de Sébastien (Raphaël Personnaz, parfait), le nouveau directeur pour endosser un costume taillé trop grand pour lui. Les épisodes ont beau être précédés d’un carton indiquant que “les personnages et les situations ne suaraient reflêter la réalité de l’Opera de Paris“, il parait évident que les scénaristes se sont largement inspiré du passage mouvementé de Benjamin Millepied à la direction de l’auguste maison. La série y gagne encore en réalisme et en profondeur. Une réussite. 

By |septembre 14th, 2021|Categories: Séries|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

trois + onze =