Blackport

//Blackport

Blackport

Par Phil Inout

Le Pitch

En Islande au milieu des années 1980, la mise en place de quotas de pêche par le gouvernement bouleverse l’équilibre de tout un village. Secrétaire à la mairie, Harpa (Nína Dögg Filippusdóttir) profite du nouvau système et d’un accident tragique pour créer en quelques années un véritable empire de la pêche

Ce qu’on en pense

Attention :  chef d’oeuvre ! Primée à Série Mania en 2021, cette série islandaise arrive enfin sur Arte et s’inscrit d’emblée dans les meilleures prises de la chaine culturelle. On emploie le mot « prise » à dessein puisque le scénario nous transporte dans le monde de la pêche industrielle. Lorsque l’action démarre, un petit village de pêcheurs islandais se meurt : le capitaine du plus grand chalutier local est alcoolique au dernier degré (il tourne à l’antigel !) et l’usine de poissons qui emploie la majorité des habitants menace faillite. Heureusement,  l’instauration de quotas de pêche par le gouvernement va renverser la vapeur et permettre à l’ambitieuse secrétaire de mairie locale, femme de pêcheur comme toutes les femmes mariées de l’île, de reprendre la pêcherie et l’usine et d’en faire un business florissant,  avec l’aide active de son trés corruptible amant, qui est aussi  le député maire de l’île. Tragicomédie sociale et satyre féroce du capitalisme des années 80, Blackport est l’oeuvre d’un trio de réalisateurs-scénaristes qui sont aussi les comédiens principaux de la série. Ils adoptent un ton et un humour grinçants qui évoque un mélange de Kaurismaki et de Sergei Losznitsa avec une touche de cinéma indé Belge à la Dikkenekke. Les personnages et l’ambiance générale sont dignes d’un Affreux, sales et méchants nordique. Pêchu !   

By |mars 30th, 2023|Categories: Séries|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

11 + quinze =