Salade Grecque

//Salade Grecque

Salade Grecque

Par Phil Inout

Maere

Le pitch

A la mort de leur grand-père maternel, Tom (Aliocha Schneider) et Mia (Megan Northam), les enfants de Wendy et Xavier dans L’Auberge espagnole, héritent d’un immeuble en ruine en plein centre d’Athènes. Tom souhaite le revendre au plus vite pour financer la start-up qu’il a montée avec sa fiancée new yorkaise. Mais Mia, qui a abandonné ses études pour faire du bénévolat dans une association d’aide aux immigrés, y voit plutôt l’opportunité de donner une structure stable à son association pour loger des familles de migrants…

Ce qu’on en pense

On craignait beaucoup d’être déçu par cette suite sérielle de la trilogie jeuniste de Cédric Klapisch (L’Auberge espagnole/Les Poupées russes/Casse-tête chinois) qui a révélé au grand public Romain Duris, Audrey Tautou, Cécile de France et Kelly Reilly. De fait, si on apprécie de retrouver le ton et le rythme particuliers des films, on a un peu de mal à s’attacher, dans les premiers épisodes, aux nouveaux personnages : les enfants de Wendy/Keilly Reilly  et Xavier/Romain Duris (que l’on avait connus petits dans Casse-tête chinois et qui sont devenus de jeunes adultes)  et leurs collocataires de toutes nationalités,  rassemblés par le hasard dans un immeuble en ruine du centre d’Athènes. Etonnamment, la bascule se fait lors d’un épisode au cours duquel Tom (Aliosha Schneider) et Mia (Megan Northam, révélation de la série) reviennent à Paris pour fêter Noël en famille avec une grande partie du casting des films (moins Audrey Tautou, aux abonnées absentes). Dès lors, on retrouve dans la série tout ce qu’on avait aimé dans les films et le charme joue à plein jusqu’à la fin… qui arrive, du coup,  presque trop tôt (une saison 2, vite !). Ecriture, réalisation, acting, découpage, BO… Tout est bon dans cette Salade Grecque dont le doux parfum de nostalgie se mèle à des ingrédients trés actuels (dette grecque, flux migratoires, guerre en Ukraine, pluri-sexualité, droits des femmes…) qui tirent la série vers la dramédie. On est loin de l’insouciance bigarrée de la génération Erasmus !

By |avril 19th, 2023|Categories: Séries|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

treize − deux =