Cannes 2023: Part 1

//Cannes 2023: Part 1

Cannes 2023: Part 1

Par Philippe Dupuy

Le 76e  Festival de Cannes s’est ouvert avec la Palme d’or (d’honneur) remise à Michael Douglas par Catherine Deneuve au cours d’une cérémonie d’ouverture sobre et classieuse, présentée par Chiara Mastroianni. Montré hors compétition (dommage !),  le nouveau film de Maïwenn, Jeanne Du Barry,  était ensuite projeté dans l’auditorium Lumière et toutes les salles de France puisqu’il sortait simultanément. On a beaucoup aimé le film,  dont l’idée géniale est d’avoir confié le rôle de Louis XV à Johnny Depp. Même empaté, perruqué et avec des patates dans la bouche, Depp transcende par sa présence ce qui n’aurait été sans lui qu’une bon film historique français. Après cela, le premier film en compétition, Monster d’Hirokazu  Kore-eda, nous a laissé un peu mitigés. Le réalisateur japonais renoue avec l’atmosphère étrange de ses premiers films,  mais perd le spectateur avec deux intrigues racontées successivement de trois points de vue différents: l’histoire d’un professeur accusé de harcèlement scolaire par deux gamins et celle de ces deux garçons,  dont on ne sait s’ils sont intimes ou rivaux. C’est long et répétitif, mais beaucoup moins que Jeunesse (Le Printemps) documentaire chinois de Wang Bing qui propose une immersion de 3h30 avec les jeunes ouvriers des ateliers de confection  de la banlieue de Shangaï. Un portrait de la jeunesse chinoise des classes laborieuses, en même temps qu’une dénonciation des conditions de travail et de vie dans ces ateliers, qui, en plus d’être interminable,  manque trop d’explications et de contextualisation pour être édifiant. Aucune histoire, aucun personnage n’émerge vraiment de cette plongée en apnée dans cette ville-usine digne des Temps Modernes de Chaplin. Reste le prodige d’une caméra qui a su se faire totalement oublier des protagonistes pour les filmer à bout portant. La projection d’Indiana Jones 5 et la palme d’or d’honneur « surprise » remise à Harrison Ford a occulté le reste de l’actualité cannoise. Heureusement, le film de James Mangold est plutôt bon, plein de références aux autres épisodes, d’action et d’humour. Le héros chapeauté  y prend un sérieux coup de jeune, grace à la palette graphique et à Phoebe- « Fleabag » – Waller Bridge,  qui campe une Indy Girl épatante. 

 

By |mai 19th, 2023|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

dix-huit + 3 =