Showing Up

Showing Up

Par Ph.D

Le Pitch

À quelques jours du vernissage de son exposition, Lizzie (Michelle Williams) a des soucis : son chauffe eau ne fonctionne plus, son chat à blessé un pigeon et son frère fait une nouvelle crise…

Ce qu’on en pense

Ancienne élève d’une école d’art, Kelly Reichardt porte un regard à la fois ironique et empathique sur ces institutions qui accueillent tout ce que l’Amérique compte d’originaux qui y mènent une vie de bohème, comme avant eux des générations d’artistes fauchés. Celle que fréquente Lizzie à Portland (Oregon) est dirigée par sa mère et elle y travaille elle-même comme secrétaire à mi-temps pour payer la nourriture du chat et la terre glaise qu’elle pétrit et cuit pour en faire des sculptures primitives de femmes anonymes,  saisies dans des postures étranges. Michelle Williams s’est fait la tête et le look de Chantal Goya en Marie-Rose pour incarner cette jeune femme énervée que tout, à part son art,  semble agacer au plus haut point. A commencer par ses parents  dysfonctionnels et son frère psychotique. Sans compter sa logeuse et rivale Jo (Hong Chau), qui la laisse sans eau chaude et expose dans de meilleures galeries. Tout ce petit monde se concentre sur son art et/ou son nombril sans se soucier du monde alentour et de ses contingences (à part l’eau chaude et le prix des vétérinaires). Kelly Reichardt (First Cow, Certaines Femmes) en tire une petite comédie dramatique qui ressemble à une nouvelle, dans laquelle tous les personnages (et ils sont nombreux) prennent vie et existent pleinement, même le pigeon. Comme lui, Lizzie finira sans doute par s’envoler, même si c’est juste pour la rue d’à côté.

By |septembre 15th, 2023|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

13 − 6 =