Maria Pourchet: Western

//Maria Pourchet: Western

Maria Pourchet: Western

Par MAB

Maere

Faut- il  lire Western   ?  La question se pose,  en effet . Maria Pourchet, jeune quadragénaire sociologue de formation, étant  la romancière du moment. Celle qui parle aux médias et celle dont tout  le monde parle. Celle aussi  qui , comme Neige Sinno   (  Triste Tigre ) sa contemporaine et sa sœur en pertinence et intelligence, se retrouve dans les listes de presque tous les prix. Oui, il faut lire  Western  si l’on veut se pencher, une fois encore,  sur notre époque, vulnérable parce que libre et réciproquement. Rien à voir avec un western , d’ailleurs. Même si la protagoniste part dans la pampa française. Et même si l’autrice justifie plus ou moins malicieusement et artificiellement  son titre en fin de chaque chapitre. Le lire aussi, si l’on est adepte d’une écriture ultra contemporaine, crue, spontanée, qui alterne au galop drôlerie , émotion, violence et propos sociologiques. Pour autant, l’histoire n’est pas d’une originalité folle. Elle fait se réunir deux personnages qui n’avaient aucune raison de se rencontrer : D’un côté, Aurore, mère célibataire à Paris, qui enchaîne les rendez-vous avec ses supérieurs hiérarchiques, la directrice d’école, des amants foireux…jusqu’au jour où elle craque, renonce à tout y compris à la chair et part se réfugier avec son fils dans la maison de sa mère défunte sur un Causse du Lot. De l’autre, Alexis Zagner,  comédien célèbre, interprète de Dom Juan – la « gueule du siècle »  selon les journaux –  qui  décide, lui de fuir un scandale sexuel  dû à son désir dévastateur pour une très jeune apprentie comédienne. L’homme, poursuivi par un procès, tape une nuit, à la porte de la jeune femme en lui déclarant « Je suis désolé Aurore la maison est à moi ». Point de départ d’ une histoire frénétique de passion et de désir dont les manifestations occuperont beaucoup de pages. Une de ces relations  toxiques  qui interrogent l’attachement  à un sale type qui « saute tout ce qui passe », les femmes comme les hommes. Sont-ce de l’emprise ou de l’amour,  ces excès des sens et des cœurs?  Et n’ est- il pas difficile , aujourd’hui,  de réinventer le langage amoureux? À vous d’en juger si vous décidez de lire cet ouvrage un peu trop long pour un tel sujet . Mais  prenant et juste par sa modernité.

By |septembre 28th, 2023|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

quinze − deux =