Ninja Turtles: Schredder’s Revenge DLC

//Ninja Turtles: Schredder’s Revenge DLC

Ninja Turtles: Schredder’s Revenge DLC

Par Cédric Coppola

Les fans se souviennent certainement de l’opus Turtles in time sur Super Nintendo. Sorti en 1991, est la meilleure adaptation vidéoludique de la franchise. Sans le copier, les développeurs français de Dotemu s’en étaient inspirés pour livrer l’an dernier Shredder’s Revenge. Au programme, 16 niveaux dans des décors 2D embellis par un rendu pixelart coloré du plus bel effet. Mieux, le jeu est une référence totalement assumée au dessin animé culte des années 1980, au point que les doubleurs originaux assurent à nouveaux les voix de Raphaël, Donatello, Léonardo et Michelangelo. Le cast des personnages jouables est complété par la journaliste April O’Neil, maître Shredder et le mystérieux Casey Jones. Pour info, ce dernier se débloque en finissant le mode histoire. Bien entendu, chaque personnage a ses propres statistiques (vitesse, portée, force). Le gameplay reste cependant similaire, avec un bouton pour frapper et enchaîner les combos, un petit dash, un saut et un coup spécial. Simple mais aussi assez profond pour s’amuser puisqu’on peut charger ses frappes et réaliser des choppes au contact de l’ennemi avant de le balancer sur l’écran ! On loue aussi les interactions avec le décor, à commencer par l’utilisation des pièges disséminés ici et là. Avec ses trois niveaux de difficultés, son humour omniprésent et ses nombreux clins d’oeils, Shredder’s revenge s’impose comme un défouloir de qualité. Seuls bémols : peu de bonus et de modes de jeux. Pour réparer ce manque et donner un second souffle à l’ensemble, Dotemu enrichit la proposition avec un DLC baptisé Dimension Shellshock. Celui propose d’incarner deux nouveaux personnages, dont un lapin et surtout ajoute un mode « survie ». Il est alors question d’affronter des vagues d’ennemis en récoltant des cristaux. Une fois l’objectif atteint, on récupère des bonus provisoires, on change de décor et la difficulté augmente, jusqu’à ce que mort s’en suive. Une variante pas indispensable mais sympathique pour les fans qui ont déjà fait le tour de l’aventure principale. Cowabunga ! (Dotemu)

 

 

By |septembre 29th, 2023|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

deux × 1 =