Echo

Echo

Par Cédric Coppola

Maere

Le Pitch

Poursuivie par l’empire criminel de Wilson Fisk (Vincent d’Onofrio), Maya Lopez (Alaqua Cox) va devoir faire face à son passé, renouer avec ses origines amérindiennes et embrasser le sens de la famille et de la communauté…

Ce qu’on en pense

Wanda Vison, Loki, Moon Knight, She-Hulk : Avocate, Miss Marvel, Secret Invasion, Hawkeye, Falcon et le Soldat de l’hiverLes séries Marvel affluent sur Disney +. Une manière pour Kevin Feige, le big boss du MCU d’étoffer l’univers tout en offrant le premier rôle à des super héros moins connus du grand public. Difficile cependant pour le fan de s’y repérer tant les différentes intrigues se croisent avec celles des films et se déroulent au sein de différentes réalités… Une problématique dont semble avoir pris conscience la firme chère à Mickey, qui pour redonner de la lisibilité à une franchise en perte de vitesse, a fait le choix de se limiter à une seule sortie sur grand écran cette année (Deadpool 3, fin juillet) et de créer pour ses feuilletons un Label Spotlight. L’idée étant de proposer des œuvres plus matures,  mais aussi davantage ancrées dans une réalité sociale. C’est dire l’enjeu autour de Echo, qui met en scène le personnage de Maya Lopez. Spécificité de cette action woman : elle est sourde de naissance, ce qui l’oblige à s’exprimer dans la langue des signes. De la même façon, si elle fait parler les poings avec rage, elle est amputée d’une jambe depuis un accident. Un mal dont souffre également l’actrice Alaqua Cox, qui interprète le rôle avec fougue. En plus de donner l’occasion au MCU de parler ouvertement du handicap, la proposition, recentrée sur cinq épisodes, évoque également la condition des amérindiens, avec une héroïne qui revient à ses racines, en essayant d’échapper aux griffes du dangereux Caïd Wilson Fisk auquel Vincent D’Onofrio apporte tout son charisme. Sur le papier, les curseurs du « wokisme » semblent encore être poussés au maximum par Disney, qui s’évertue à ce que toutes les communautés / minorités possèdent leur représentant au sein de Marvel. Cependant, contrairement à d’autres contenus mais sans révolutionner le monde des séries, Echo trouve le bon équilibre entre sa partie « message » et son intrigue, avec un volet drama bien travaillé et un souci de privilégier l’émotion. Les scènes musclées ne sont pas oubliées (celle à bord d’un train dans le second épisode est plutôt spectaculaire) et le rythme est suffisamment bien géré pour éviter les longueurs. De la même façon, la série évite le misérabilisme et montre une femme qui ne s’apitoie pas sur son sort,  en perpétuelle lutte pour s’affirmer au sein d’un monde marqué par les injustices.

By |janvier 17th, 2024|Categories: Séries|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

dix − neuf =