D’argent et de sang

//D’argent et de sang

D’argent et de sang

Par Phil Inout

Le pitch

En 2008-2009, deux petits escrocs de Belleville (Ramzy Bedia et David Ayala) montent l’arnaque du siècle, avec l’aide d’un trader des beaux quartiers (Niels Schneider) . Leur combine : la fraude à la TVA à grande échelle sur les quotas carbone. Mais le directeur des douanes judiciaires nouvellement nommé (Vincent Lindon) a vite compris leur manège…

Ce qu’on en pense

L’arnaque aux quotas carbone a déjà donné lieu à un film (Carbone d’Olivier Marchal) et à plusieurs documentaires. On pouvait donc légitimement craindre que la série sente le réchauffé. Et pas du tout !  Au contraire : le cinéaste Xavier Giannoli (A L’Origine, Marguerite, Les Illusions Perdues) s’en empare pour en faire un thriller policier passionnant. Vincent Lindon est parfait dans le rôle de l’enquêteur obsessionnel, défenseur acharné des deniers publics,  Ramzy Bedia explose littéralement dans le rôle de l’escroc tchatcheur,  d’autant plus dangereux qu’il a l’air benêt et Niels Schneider joue à la perfection le fils de bonne famille dévoyé en trader-joueur compulsif. La série voyage avec aisance entre plusieurs univers  (les douanes, les voyous, les joueurs, la finance, l’administration, la politique… )  et parvient à faire comprendre les rouages de l’escroquerie sans paraître trop didactique. Malgré des longueurs (12 épisodes, c’est un peu beaucoup) et quelques lourdeurs, D’argent et de sang (titre emprunté au livre-enquête de Fabrice Arfi dont est tiré le scénario) est une réussite. 

By |janvier 19th, 2024|Categories: Séries|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

douze − 1 =