Citoyens clandestins

//Citoyens clandestins

Citoyens clandestins

Par Phil Inout

Le Pitch

Dans la France de l’après 11 septembre, la  course contre la montre d’un homme pour déjouer un attentat en France. Qui est-il, pour qui travaille-t-il, jusqu’où ira-t-il ? Autour de lui, les services secrets, les terroristes, deux journalistes, un infiltré…

Ce qu’on en pense

Laetitia Masson (A Vendre, La Repentie, Coupable, Petite, Chevrotine…) adapte le roman éponyme de DOA sur la traque terroriste tous azimuts de l’après 11 septembre, pour cette mini série en 4 épisodes au casting luxueux (Raphael Quenard, Pierre Arditi, Nailia Harzoune, Gringe, Nicolas Duvauchelle, Frederic Pierrot, Laurent Stocker…).   Hélas, on est loin de l’emblématique Bureau des légendes qui a visiblement servi de modèle et on s’ennuie ferme dans les trois premiers épisodes,  entièrement consacrés à installer une multitude  de personnages et dénouer les liens qui les relient, autour d’une enquête internationale pour déjouer un attentat terroriste à Paris. Aucun n’échappe à la caricature – l’infiltré mal dans sa peau (Gringe), le tueur à gages séduisant (Raphael Quenard), le journaliste-vedette imbu de sa personne (Arditi), la stagiaire sexy (Nailia Harzoune), les chefs espions taiseux (Duvauchelle, Pierrot…)- et l’action se réduit à une série de filatures, de coups de fils nocturnes, de rapports d’enquête et de considérations ineptes sur la politique et le terrorisme. Censé être central, le personnage de Raphael Quenard est noyé dans la masse et le suspense entretenu autour de sa fonction de tueur est éventé dès le premier épisode par son phrasé,  reconnaissable entre mille. Un beau ratage. 

By |mars 21st, 2024|Categories: Séries|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

dix-sept + douze =