Le Salaire de la peur

//Le Salaire de la peur

Le Salaire de la peur

Par Ph.D

Le pitch

Une équipe de choc a moins de 24 heures pour convoyer deux camions bourrés d’explosifs à travers une région hostile et empêcher une terrible catastrophe.

Ce qu’on  en pense

La « terrible catastrophe » annoncée dans le pitch a, hélas, bien lieu avec ce remake faussement stéroïdé du film de Henri-Georges Clouzot daté de 1952. Déjà, il faut presqu’une heure à Franck Gastambide et Alban Lenoir, les deux gros bras du Netflix francophone,  pour monter dans le camion.  Et, une fois en route,  le suspens est si faiblard qu’on ne craint qu’une chose : s’endormir avant de savoir à quoi sert le personnage d’Ana Girardot (réponse : à rien !).  Si le film s’était appelé Boum-boum à Khartoum, on aurait peut-être été plus enclin à l’indulgence. Mais là, c’est la mémoire de Clouzot, Charles Vanel et Yves Montand qu’on dynamite.

By |avril 2nd, 2024|Categories: Cinéma|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

huit − 2 =