Événement

/Événement

Midem on the Beach à Cannes

Événement|

Dans le cadre du Midem, qui s’est tenu  à Cannes  du 5 au 8 juin 2018, les concerts  se sont succédés  sur la Midem Beach,   devenu cette année le lieu unique pour les live et les rencontres pro. Destinés en priorité aux 4400 participants du marché international  de la musique,  les concerts étaient ouverts au public sur invitation les 5, 6 et 7 juin. On a pu  notamment y applaudir le groupe niçois Hyphen Hyphen, qui a mis le feu le 6 juin avec les titres de son nouvel album, HH, sorti fin mai. Malgré le mauvais temps qui a obligé à déplacer certains concerts à l’intérieur du Palais, l’expérience devrait être reconduite l’année prochaine.

58e Festival de télévision à Monaco

Événement|

 Le Festival de  télévision de Monte Carlo 2018 s’est tenu  du 15 au 19 juin au  Grimaldi Forum. Cette 58e édition  accueillait notamment l’acteur espagnol Pedro Alonso (La Casa de Papel), Neal McDonough (DC : Legends of Tomorrow), Justin Prentice (13 Reasons Why), Ioan Gruffudd (Harrow), Colman Domingo (Fear the Walking Dead) et Darren Criss (American Crime Story : Versace). L’actrice Mariska Hargitay, récompensée aux Golden Globes et aux Emmys, a reçu  la Nymphe de Cristal du festival lors de la Cérémonie d’Ouverture. Celle ci était suivie de la projection en avant-première mondiale  de la série Tom Clancy’s Jack Ryan d’Amazon Prime Original.  Grand ouvert au public, avec de nombreuses séances de dédicaces, le festival de Monte Carlo  permet chaque année aux spectateurs de voir de près les stars US et françaises du petit écran. Un programme de plus en plus riche pour le public avec des Behind The Scenes parmi lesquels ceux d’Une Famille Formidable et des séries phares de Dick Wolf. Une animation de la troupe D’Pendanse constituée des danseurs officiels de Danse Avec Les Stars était également au programme, ainsi que des séances de dédicaces avec le cast de Demain Nous Appartient et de Chérif. Des projections publiques, dont celle de Everyone is Doing Great en présence de James Lafferty et Stephen Colletti, les scénaristes et acteurs vedettes de la série, ont attiré les foules. Shemar Moore et Jay Harrighton étaient également au Festival pour représenter la série S.W.A.T. Le public a également pu assister au lancement de la nouvelle série Marvel des studios Disney ABC, Cloak and Dagger, ainsi qu’à un événement public de la série The Bold Type. Le festival 2018 a fermé  ses portes le 19 juin avec la Cérémonie des Nymphes d’Or qui était suivie d’un concert privé de Martin Solveig. 

 

Grand Prix de France au Castellet

Événement|

Après dix années d’absence, la F1 est de retour en France et c’est le circuit Paul Ricard au Castellet qui a accueilli le premier Grand Prix de France de cette nouvelle ère. Après Monaco, les écuries et les pilotes avaient rendez vous du 21 au 24 juin sur le mythique circuit du Sud de la France entièrement réaménagé pour accueillir les courses modernes. Plus de 60 000 personnes ont assisté à la course.  C’est Lewis Hamilton (Mercedes) qui l’a emporté devant  Max Verstappen (Red Bull) et Mika Hakkinen (Ferrari). Un concert de David Guetta était proposé au public après la course, histoire de faire oublier les embouteillages  géants qui ont entaché l’organisation

Festival du livre de Nice 2018

Événement|

Le Festival du Livre de Nice est le rendez vous littéraire  incontournable du printemps.  Il a accueilli cette année encore plus de 50 000 visiteurs .  Plus de 200 écrivains  (romanciers, essayistes, poêtes, polémistes, historiens, célébrités) étaient présents  du 1er au 3 juin au jardin Albert 1er et à l’opéra pour des séances de dédicaces et des rencontres. Parmi eux : Eric-Emmanuel Schmidt (président d’honneur)  JMG Le Clezio, Guillaume Musso,  Bernard Henri Levy, Pierre Lemaître, Jean Siccardi, Douglas KennedyPaule Constant, Irene Frain, Daniel Picouly,  Didier Van Cauwelaert, Bernard Werber, Gilbert Sinoué, Daniel Pennac, Grégoire Delacourt, Thomas Sotto, Jérome Cordelier, Franck Margerin, Susie Morgensen, Dimitri Stéfanakis, Tsvia Walden-Peres, Carlo Strenger, Axel et Jean François Khan, Isabelle Carré et Valérie Zenati. Pour son grand retour à Nice, où il a passé une grande partie de sa jeunesse,  le prix Nobel de littérature  JMG Le Clezio a donné une conférence passionnante qui a fait salle comble à l’opéra.

 

Les Voiles d’Antibes 2018

Événement|

Photo Patrick Hanez

Depuis 1996, Les Voiles d’Antibes, organisées chaque année autour de la première semaine du mois de juin, marquent l’ouverture du circuit méditerranéen pour les Yachts de Tradition et les Classes Métriques ainsi que la première étape du Panerai Classic Yachts Challenge. Organisées en tout début de saison, Les Voiles d’Antibes – Trophée Panerai accueillent chaque année, une sélection des plus beaux Yachts d’Epoque (construit avant 1950), Yachts Classiques (construit avant 1976) et Yachts Esprit de Tradition ainsi que les Classes Métriques (6 MJI, 8MJI et les 12 MJI concurrents de la Coupe America de 1958 à 1987), qui ont façonnés depuis la fin du XIXème siècle, la grande histoire du Yachting International. Les participants se renouvellent chaque année autour d’un noyau dur de bateaux mythiques tels que Ikra, Sovereign, Thendara, Lelantina, Outlaw, Adria, Cambria ou Tuiga qui sont, depuis longtemps, présents à toutes les régates. Chaque année, entre cinq et quinze nouveaux bateaux, apparaissent sur le circuit.  Appréciées pour la qualité de ses régates  et pour la grande convivialité qui règne de retour à terre, Les Voiles d’Antibes – Trophée Panerai sont une des épreuves phares du circuit méditerranéen. Mais Les Voiles d’Antibes – Trophée Panerai, c’est aussi dans la plus pure tradition du Yachting, 5 jours d’animations et de convivialité de retour à quai. L’accueil à terre est certainement le plus chaleureux du circuit. Organisé autour d’un village conçu sur le thème de la fête et de la convivialité. Antibes, célèbre dans le monde entier pour son festival de Jazz, se devait d’associer la musique à la voile. Avec tous les jours de 9h00 à 22h00 de nombreuses expositions et animations sur les thèmes de la Mer et de l’Environnement mais aussi des cocktails, concerts, défilés et bien d’autres surprises et défis qui tous les soirs animent dans la joie et la bonne humeur le Village des Voiles et le Port Vauban, 1er Port de Plaisance d’Europe.

76e Grand Prix F1 à Monaco

Événement|

La 76e édition du Grand Prix Automobile de Monaco s’est déroulée du jeudi 24 au dimanche 27 mai 2018. 982e Grand Prix de l’Histoire, le rendez-vous Monégasque était  l’hôte de la sixième étape du Championnat du Monde FIA de Formule 1 2018.  Plébiscité par tout le microcosme de la catégorie reine pour son ambiance sans commune mesure et son fabuleux écrin, le Grand Prix de Monaco met chaque année à dur épreuve les nerfs des pilotes prêts à tout pour inscrire leurs noms au palmarès de l’épreuve la plus prestigieuse du calendrier. C’est l’australien Daniel Ricciardo (Red Bull), auteur de la pole position, qui l’a emporté devant Sebastian Vettel (Ferrari) et Lewis Hamilton (Mercedes).  

 
  • oznor
  • burst
  • oznor
  • oznor

Julien Doré à Monaco

Événement|

Après deux  tournées de Zéniths partout en France et notamment à Nice (voir ici) et Toulon, après avoir construit le spectacle de ses rêves, entouré de ses 6 musiciens, d’une équipe de plus de 60 personnes et d’un décor scénique monumental, Julien Doré a décidé de tout déconstruire et  de revenir à l’essence même de ses chansons, “telles qu’elles ont été écrites“, déshabillées de tout. Seul sur scène, dans un décor de bougies  et de ballons flottants multicolores,  Julien Doré chante, joue, improvise, raconte  son histoire et  celle de son chemin artistique,  avec poésie et beaucoup d’humour. Un retour aux prémices de ce disque phénomène (&) , de ses autres albums, des chansons que l’on connaît et celles que l’on découvre ou redécouvre par l’audacieuse simplicité des versions acoustiques.”Je voulais me remettre en danger, confie Julien, montrer le décor dans lequel j’écris, compose, sans artifices. Seuls, vous & moi.” (voir interview ici).  Un show intimiste et chaleureux,  qu’il a présenté à guichets fermés le 3 mai au Grimaldi Forum et qu’il donnera encore à  Sollies Pont (Var) le 26 juillet.

  • oznor
  • oznor
  • oznor
  • mde

Blue Man Group à Monaco

Événement|

Le phénomènal Blue Man Group  est passé par Monaco pour la première fois,  dans le cadre de sa tournée mondiale. Les performances de cet ensemble étonnant  mêlent art, musique, comédie et nouvelles technologies pour des spectacles qui se situent entre performance musicale, mime et vidéo show. Expérience joyeuse, inoubliable et multisensorielle, Blue Man Group a captivé plus de 35 millions de spectateurs de tous âges et de tous milieux culturels dans le monde. Fondé à New York en 1991 par trois amis, Chris Wink, Matt Goldman et Phil Stanton, le groupe se produit désormais sur scène de manière permanente à New York, Las Vegas, Boston, Chicago, Orlando et Berlin. Un spectacle total,  très interactif (et un peu salissant), que les spectateurs azuréens ont pu découvrir lors de quatre représentations exceptionnelles dans l’écrin idéal de la salle Garnier à Monaco.

Indochine à Nice

Événement|

Indochine était à Nikaia Nice le mercredi 18 avril dans le cadre du 13 tour célébrant la sortie de leur  13ème album . Un disque unanimement salué comme l’un des meilleurs de la longue carrière d’Indochine, plus pop que les précédents et gorgé de tubes. Après le Black City Tour de  2013, qui a laissé un grand souvenir  (avec son fameux  “écran serpent”),   le 13 Tour  s’est révélé encore plus spectaculaire et aussi coloré que le précédent était sombre. Le secret de la longévité d’Indochine réside en partie dans le fait que le groupe de Nicola Sirkis  a toujours privilégié son public, en proposant des concerts grandioses à des prix de places abordables (40 et 45 euros pour cette tournée). Comme partout ailleurs, le groupe a joué  devant un Nikaïa archi comble et un public conquisSi vous ne le croyez pas, demandez à la lune (ou regardez la vidéo)…

 

R.I.P Jacques Higelin (1940-2018)

Événement|

Sa mort fera moins de bruit que celle de Johnny. Pourtant, sa carrière fut aussi longue et riche. Et il incarnait, lui aussi, une certaine idée du rock à la française Jacques Higelin s’est éteint vendredi 6 avril  à son domicile parisien,  au terme d’une maladie qui le tenait éloigné de la scène et des médias depuis 2016. Lui qui aimait tant la scène, où il pouvait chanter plus de trois heures, n’avait pu y défendre son dernier album, Higelin 75, paru en 2015. Son fils Arthur H, auquel on demandait de ses nouvelles il y a quelques semaines, nous avait répondu qu’il se reposait, entouré de sa famille .On avait compris qu’on ne le reverrait sans doute pas chanter «Champagne!», «Tombé du ciel», «Pars» ou «Mona Lisa Klaxon» , comme il l’avait fait si souvent, sur toutes les scènes azuréennes. Provoquant parfois l’ire des voisins lorsque le concert se prolongeait au-delà des heures ouvrables. Il arriva même plusieurs fois, à Juan les Pins notamment, qu’on coupât la sono pour l’obliger à partir ! Peine perdue: il était capable de continuer à chanter sans micro pendant des heures, en s’accompagnant seul au piano.

Né le 18 octobre 1940 à Brou-sur-Chantereine (Seine-et-Marne), au sein d’une famille modeste (père cheminot), le petit Jacques Higelin dévoile très tôt un tempérament artistique. À l’âge de 14 ans, il se présente à une audition du cabaret Les Trois Baudets. Il rêve de devenir Trenet, mais c’est au cinéma qu’il débute en 1959 dans Le bonheur est pour demain, d’Henri Fabiani. Sans avoir véritablement fait carrière à l’écran, on l’y verra souvent. La dernière fois en 2015, dans le rôle d’un éleveur de chevaux pour le Jappeloup de Christian Duguay. Mais la musique est la grande affaire de sa vie. En 1964, le producteur Jacques Canetti lui fait mettre en musique des poèmes de Boris Vian pour Serge Reggiani et Catherine Sauvage. L’année suivante, il rencontre Brigitte Fontaine et lui écrit «La Grippe», son premier tube. Beaucoup d’autres suivront dans la décennie 75-85. À partir de 1974, Higelin passe du cabaret jazz au glam rock et cartonne en 1975, avec Irradié, disque auquel collabore le jeune Louis Bertignac. Le suivant, Alertez les bébés! lui permet de décrocher son premier disque d’or.

Au fil des décennies, la carrière d’Higelin ne connaît pas la moindre éclipse, ses concerts, toujours aussi nombreux et généreux (son record: 7 heures!), suffisant à assurer le renouvellement continu de son public.Les dernières années, le public qui s’y pressait allait, comme celui des lecteurs de Tintin, de 7 à 77 ans. C’est à cet âge, plutôt précoce pour quelqu’un qui ne voulait jamais quitter la scène, qu’Higelin nous lâche. Sans avoir jamais abdiqué sa créativité (son dernier album est un de ses meilleurs), ni ses idées de gauche. On gardera le souvenir d’un baladin à la voix enfantine et à la tignasse en bataille, d’un poète à l’humilité touchante, d’un humaniste engagé et d’un showman l’infatigable générosité, capable de soulever les foules comme personne. Sa descendance artistique est assurée, avec un fils chanteur Arthur H, une fille actrice et chanteuse Izia, un autre fils réalisateur et acteur, Ken, et des émules talentueux comme Feu! Chatterton. Alors, on ravale ses larmes et on trinque à la postérité du Grand Jacques «Monté au ciel, à travers les nuages». Champagne!

Red Bull Air Race à Cannes

Événement|

Après des débuts tonitruants à Abu Dhabi, le Red Bull Air Race  a fait fureur à Cannes. Pour la première fois de leur histoire, les pilotes s’affrontaient dans le ciel français, le long des plages de Cannes. Avec pas moins de trois avions tricolores en Master Class et deux  en Challenger Class, la course fut mémorable et  a attiré des milliers de spectateurs sur la Croisette. En marge de la compétition, de spectaculaires shows aériens attendaient le public,  avec notamment des démonstrations de l’escadron des Flying Bullset,  du parapentiste Tim Alongi et les célèbres Soul Flyers  pour des démonstrations de freefly

CanneSéries: Le Palmarès

Événement|

CanneSéries, premier festival international des séries télé s’est tenu du 4 au 11 avril, en parallèle avec le MipTV. Le public y était  largement convié,  avec des séances “Séries Addicts” gratuites dans tous les cinémas de la ville et des projections au Palais des Festival sur invitations pour les 10 séries en compétition et les avant premières. Il a répondu assez massivement et les séances ont été trés fréquentées malgré une météo désastreuseL’ouverture s’est faite le mercredi 4 avril  avec la projection de deux épisodes de la saison 3 de Versailles, en présence de l’équipe de la série vedette de Canal +. Le samedi 7 avril, pour l’ouverture de la compétition, c’est la série événement La Vérité sur l’Affaire Harry Québert, adaptée du best seller de Joël Dicker,  qui était présentée en avant-première mondiale. Et en clôture, le 11 avril, on a pu voir deux épisodes de Safe, autre série événement écrite par Harlan Coben avec Audrey Fleurot et le héros de Dexter, Michael C. Hall. Le maître du polar présidait  le jury chargé de départager les 10 séries internationales en compétition. Le choix était difficile car les dix séries en compétition étaient d’un excellent niveau, avec des moyens de cinéma et des histoires fortes ancrées dans celle de leur pays d’origine. Toutes pourraient trouver leur place sur une de nos chaînes de télévision (Arte notamment) ou sur une plateforme de visionnage par abonnement. Voici le palmarès, qui oublie la grande favorite,  Killing Eve (série US d’espionnage au ton décapant), pour récompenser des histoires peut-être plus  inattendues. Quitte a primer deux fois deux séries et à oublier celles dont on a le plus envie de voir la suite (Killing Eve et  Félix)…

Meilleure série : When Heroes Fly (Israël)
L’histoire d’un groupe d’anciens commandos de Tsahal, traumatisés à divers degrés par la guerre, qui se retrouvent dix ans après avoir quitté l’armée pour partir à la recherche de la fiancée de l’un d’eux disparue en Colombie. La longue et scotchante scène d’ouverture au cours de laquelle le groupe essuie le feu ennemi pour sauver l’équipage d’un tank laissait penser qu’on avait affaire à une série de guerre, mais il ne semble pas que ce soit le cas. C’est peut-être ce twist inattendu qui a séduit le jury.

Meilleure série digitale : Dominos (USA)

Prix spécial d’interprétation aux acteurs de : Miguel (Israël)
Une série israélienne très originale sur le fond et sur la forme, inspirée de la vie du styliste et designer Tom Salama, qui a adopté plusieurs enfants au Guatemala. Miguel raconte la quête de l’un d’eux pour retrouver sa mère biologique. Les acteurs sont effectivement tous trés bons, même si on pariait plutôt sur ceux de la série italienne Cacciatore.

Meilleure interprétation : Francesco Montanari (Italie)
Le prix collectif aurait pu aller à l’ensemble des acteurs de Cacciatore, série de mafia italienne, inspirée des mémoires du juge anti mafia Alfonso Sabella. Mais Francesco Montanari qui l’incarne est particulièrement excellent (avec de faux airs de Borat, par moments).

Meilleur scénario : State of Happiness (Norvège)
Nous avions parié sur cette série norvégienne, qui est probablement la plus ambitieuse du point de vue du scénario. Elle raconte la vie d’une petite ville côtiére qui compte sur les forages pétroliers pour se relancer, alors que l’industrie de la pêche, sur laquelle elle a bâti sa prospérité, commence à décliner.Ça commence en 1969 et on suit une demi douzaine de personnages dont les destins s’entrecroisent. La réalisation et la reconstitution sont aussi impeccables.

Meilleure musique: State of Happiness (Norvège)
On a beaucoup aimé l’utilisation de chansons pop des années 70 dans cette série norvègienne deux fois primée. Mais on préférait celle de When Heroes Fly, superbe B.O electro jazz signée Roy Nassee.

Avec CannesSéries, c’est un autre Festival de Cannes qui vient de naître. On lui souhaite le même succès et la même longévité.

 

Victoires de la Musique 2018

Événement|

Nouveau décor, nouvelle présentatrice, nouveau réalisateur et… nouvelles têtes ! Un vent de dégagisme a soufflé sur les Victoires de la Musique, décernées  cette année  depuis  la Seine Musicale, nouvelle salle parisienne, fraîchement inaugurée. La cérémonie s’est ouverte sur un bel hommage à Johnny Hallyday, avec “Requiem pour un fou” , interprété en duo par Slimane et Florent Pagny avec l’orchestre de Johnny. Vêtue d’un sac à sapin, Daphné Bürki s’est donné beaucoup de mal pour être drôle (souvent en dessous de la ceinture), faire bouger la salle (peine perdue) et pallier aux pannes techniques, alors que le président de l’édition, Sting, très élégant en costume trois pièces, n’a eu besoin que de quelques mots en français pour mettre l’assistance dans sa poche. Mais une fois son duo promo avec Shaggy expédié,  on ne l’a plus revu.  Les autres numéros musicaux (Louane dans un hommage facile à France Gall, Soprano, Big Flo et Oli, Bernard Lavilliers, Brigitte, Matthieu Chedid qui a mis le feu avec sa bande de musiciens africains, l’envoûtante Fishbach… ) se sont ensuite succédé entre deux remises de Victoires. La première est allée à la troupe de LamoMali (Matthieu Chedid et Cie) en catégorie « album musiques du monde », la seconde à Shaka Ponk pour l’album rock (The Evol’) . Le groupe qui jouait à Marseille, a  fêté  ça le lendemain à Nikaia avec le show électrique du Monkadelic Tour.  En son absence, la première sensation de la soirée a été Eddy de Preto (voir vidéo). Un jeune chanteur-rappeur au look d’albinos et au style convulsif, dont le premier album n’est pas encore sorti qu’il est déjà la révélation de l’année. Toujours aussi perchée, Camille, déguisée en chaperon rouge, a prouvé qu’elle méritait sa Victoire du concert de l’année, soufflée à la barbe du favori Julien Doré.

Avec trois nominations, Orelsan, toujours aussi intense sur scène, faisait figure de grand favori. Le rappeur de 35 ans, originaire de Caen, dont le nouvel album, La fête est finie, a cartonné avec plus de 350 000 ventes, était nommé dans trois catégories : « artiste de l’année », « musiques urbaines » et « création audiovisuelle » (clip vidéo). Il fait carton plein, alors que ses confrères rappeurs toulousains BigFlo et Oli emportent la « chanson de l’année », confirmant la suprématie des « musiques urbaines » sur les Victoires 2018.  Le rap et l’électro infusent désormais toutes les catégories des Victoires : Eddy de Preto et Gael Faye (« révélation scène ») peuvent largement s’en revendiquer, de même que Petit Biscuit et bien sûr MC Solaar, dont la Victoire dans la catégorie « album de chansons » confirme une évidence : le rap est en train de devenir la nouvelle chanson française.
La cérémonie des Victoires 2018 a ainsi consacré l’émergence d’une nouvelle génération d’artistes. Bernard Lavilliers et Catherine Ringer étant les seuls « vétérans » rescapés d’une sélection au sein de laquelle Charlotte Gainsbourg (« artiste féminine » de l’année) et MC Solaar faisaient figure d’ancêtres. Même Etienne Daho, pourtant auteur d’un superbe nouvel album (Blitz), avait été recalé de la sélection au profit des Brigitte, Louane, Julien Doré, Albin de la Simone, Aliose, Gauvain Sers, Fishbach, Kyo et autres Juliette Armanet (« album révélation »).  Il s’est consolé avec une « Victoire d’honneur» attribuée pour l’ensemble de sa carrière et remise par Charlotte Gainsbourg qui lui a fait un très joli compliment, plein de tendresse et d’émotion. Des sentiments qui ont souvent manqué lors de cette soirée au long cours (plus de trois heures).

Shaka Ponk à Nice

Événement|

Récompensé la veille d’une Victoire de l’album rock de l’année pour son dernier effort Evol’, Shaka Ponk a fait honneur à son titre pour son deuxième passage à Nikaia,  avec un show survolté  qui a électrisé 5000 spectateurs en furie. Une orgie de décibels, de vidéos,  de lasers  et de danses tribales, dont un des climax  restera  cette version de Smells Like Teen Spirit de Nirvana,  démarrée piano-piano et finie en folie derrière la régie son,  où les chanteurs Frah et Sam ont pris un bain de foule et fait un million de selfies. Avec en première partie le duo electro pop Alb, ce concert ultra jouissif restera dans les annales de Nikaïa.

 

R.I.P Johnny Hallyday (1943-2017)

Événement|

Johnny Hallyday est décédé le 6 décembre 2017.  Prévenu, semble-t-il, directement par Laeticia Hallyday, le président de la République Emmanuel Macron a été le premier à publier une réaction dans laquelle il constate: «On a tous quelque chose de Johnny». Bien qu’attendue depuis l’annonce de son cancer du poumon et sa récente hospitalisation pour «insuffisance respiratoire», la mort de Johnny Hallyday a provoqué la stupeur dans tout le pays et suscité une immense vague d’émotion. C’est aussi Laeticia Hallyday qui l’a annoncée aux premières heures du matin dans un communiqué extrêmement touchant: «Johnny Hallyday est parti. Jean-Philippe Smet est décédé dans la nuit du 5 décembre 2017. J’écris ces mots sans y croire. Et pourtant, c’est bien cela. Mon homme n’est plus. Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité. Jusqu’au dernier instant, il a tenu tête à cette maladie qui le rongeait depuis des mois, nous donnant à tous des leçons de vie extraordinaires. Mon homme n’est plus. Le papa de nos deux petites filles, Jade et Joy, est parti. Le papa de Laura et David a fermé ses yeux. Ses yeux bleus qui illumineront encore et encore notre maison, et nos âmes». Depuis, les hommages se succèdent venus de tous les horizons et même de cette Amérique qui fit rêver le jeune Jean-Philippe au point de le pousser sur scène et sur les plateaux de cinéma pour imiter ses idoles Elvis Presley et James Dean. Pour le New York Times et le magazine Variety, c’est le «French Elvis» qui a disparu.
Johnny avait révélé au mois de mars 2017  être atteint d’un cancer du poumon. À 74 ans, alors qu’il venait à peine de terminer sa dernière tournée, il avait pourtant accepté de reformer, avec Jacques Dutronc et Eddy Mitchell,  Les Vieilles Canailles pour de nouveaux concerts. Malgré la maladie et un traitement très lourd, il avait assuré bravement tous les concerts, en juin et juillet derniers, sans en annuler aucun. Un nouvel album et une tournée étaient même annoncés pour 2018-2019.Mais depuis quelques semaines, son état de santé donnait des signes alarmants de dégradation. Dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 novembre, victime d’une insuffisance respiratoire, il était hospitalisé d’urgence et le défilé de ses proches à son chevet faisait craindre le pire.De fait, Læticia leur aurait alors confié que «la guerre était perdue» et que l’idole n’avait plus que quelques jours à vivre. Depuis son retour à son domicile de Marnes-la-Coquette le samedi 18 novembre, les fans espéraient pourtant que leur idole aille mieux et finisse même par se rétablir, comme il l’avait fait en 2009 alors que les nécrologies étaient prêtes à imprimer. N’avait-il pas décrété au début de sa maladie un salutaire «Fuck le cancer»? Mais même ce survivant de tous les excès n’a pas pu gagner cette bataille-là. Pour les générations de Français qui l’ont toujours connu et ont suivi en direct pendant plus d’un demi-siècle les moindres péripéties de sa vie privée et professionnelle, il va falloir apprendre à vivre dans un monde sans Johnny. Avec sa disparition, c’est toute une page de notre histoire commune qui se tourne. Ses funérailles ont pris l’ampleur d’un hommage national réunissant sur les Champs Elysées et près de l’église de la Madeleine près d’un million de personnes. Seul Victor Hugo en avait réuni autant aux siennes.