Hallyday: Mon Pays c’est l’amour

//Hallyday: Mon Pays c’est l’amour

Hallyday: Mon Pays c’est l’amour

Mis en place à 800 000 exemplaires et déjà certifié disque de platine avec plus de 100000 précommandes, c’est l’événement discographique de l’année. L’album posthume de Johnny Hallyday est là. Et il est très bon ! Peut-être pas le meilleur disque de Johnny (De L’Amour garde notre préférence), mais un de ses plus réussis. Réalisé par Maxim Nucci (alias Yodélice), comme le précédent, il se situe musicalement  dans la même lignée,  mais  avec plus d’emphase,  car Johnny voulait des chansons à jouer dans les stades. La voix (incroyablement préservée, voire régénérée) et les guitares sont très en avant. Bien que ses concepteurs réfutent le terme, la tonalité générale est plutôt crépusculaire.  Plusieurs titres retiennent  l’attention: le premier “J’en parlerai au Diable“, un rock très réussi dont le texte est inspiré  d’une chanson de Ray Wylie Hubbard (“Conversation With The Devil”) et le dernier “Je ne suis qu’un homme“, une power ballade très puissante sont des hits en puissance. Mais on leur préfère  “Mon Pays c’est l’amour”  et “Made in Rock’n’roll” deux rockabillys superbement exécutés dans la lignée des “Rocks les plus terribles“. “Back in LA” dont le texte est signé Miossec et  “Un Enfant du siècle” un rock très accrocheur en forme de bilan générationnel, font aussi la balle. Un album de pur Hallyday, qui ravira les fans et leur fera verser des larmes. Seul petit bémol: des textes remplis de clichés éculés et d’un niveau général plutôt faible.

By |octobre 18th, 2018|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

dix − 7 =