Trek to yomi

Trek to yomi

Par Cédric Coppola

MC Solaar

Deux ans après le AAA Ghost of Tsuhsima, qui célébrait de fort belle manière l’art samouraï, c’est au tour d’un jeu indépendant, Trek to yomi de venir séduire les fans de la discipline. Particularité de ce jeu d’action : rendre hommage au réalisateur Akira Kurosawa en plongeant le gamer dans une aventure entièrement en noir et blanc ! Radical dans sa forme, le titre imaginé par Léonard Menchiari surprend lors des premières secondes avant de littéralement envouter. C’est beau, ça fourmille de détails et le parti pris esthétique fait sens car en parfaite cohésion avec le voyage d’Hiroki, héros qui met un point d’honneur à venger son maître, assassiné sous ses yeux. L’occasion de traverser des forêts et des temples mal famés et de montrer sa maîtrise du katana. On distingue deux phases de gameplay : une partie exploration, où on évolue en 3D, débusque quelques artefacts pour en apprendre davantage sur l’univers ou augmenter légèrement sa résistance et des combats en 2D. Ces derniers, magnifiquement chorégraphiés, sont suffisamment techniques pour procurer du plaisir, et ce, en dépit d’une IA largement perfectible. En contrepartie, on loue la volonté de rendre ce périple accessible grâce à une difficulté modérée, ce qui permettra au plus grand nombre de connaître le dénouement. Les plus doués se tourneront pour leur part vers des niveaux de difficultés plus élevés où les coups portés par notre double virtuel font moins mal, contrairement à ceux de nos ennemis. Un concept à l’ancienne qui colle parfaitement à l’esprit de cette œuvre résolument hors du temps. (Jeu testé sur PS5)

By |juin 3rd, 2022|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

9 − quatre =