J.Depp +J.Beck à Monaco

//J.Depp +J.Beck à Monaco

J.Depp +J.Beck à Monaco

Par Ph.D 

C’était le golden ticket de l’été : Jeff Bek et Johnny Depp réunis sur scène, à l’opéra de Monte Carlo,  pour une date unique autour de leur premier album commun à venir.  On ne présente plus Jeff Beck, légende de la guitare électrique qui a fait ses débuts avec les Yardbirds avant de former avec Rod Stewart et Ron Wood le Jeff Beck Group, puis le trio hard rock BBA (Beck Bogert et Appice) et  de se convertir au jazz rock à la fin des années 70 pour deux albums légendaires (Blow by Blow et Wired). Capable de jouer dans tous les styles, du rockabilly au jazz et à l’electro en passant par le hard et la pop, Beck est aujourd’hui le plus capé des guitar-héros issus du blues boom anglais.  Johnny Depp qui,  depuis ses déboires cinématographico-conjugaux,  a entamé une carrière de chanteur-guitariste avec le super groupe Hollywood Vampires,  l’a rejoint cet été en « special guest » pour quelques dates de sa tournée européènne, dont celle de Monaco. Et pas juste pour faire jde la figuration : les deux hommes ont , en effet, enregistré ensemble un album de reprises (+ 1 inédit), dont les premiers extraits,  disponibles sur les plateformes de streaming  (« Isolation », « This is a song for Miss Hedy Lamarr« , « Venus in Furs » « The Death and Resurrection Show »),  confirment la viabilité artistique du duo.  Le public monégasque aura donc eu la primeur des versions live,  le 9 juillet salle Garnier.

Entouré de ses musicien(ne)s (2 femmes à la basse et à la batterie), Ray Ban sur le nez et cheveux corbeau, Jeff Beck  ouvre le show sans sommations,  avec plusieurs titres de ses deux albums les plus célèbres (Blow by Blow et Wired),  multipliant les solos de haute voltige et les riffs ravageurs. Le guitariste, que l’on a déjà vu jouer plusieurs fois,  à Jazz à Juan et au Sporting, est en grande forme malgré ses 78 printemps  et le public, composé de connaisseurs,  apprécie. Sa technique, son inventivité et son toucher sont toujours époustouflants. A mi-concert, Johnny Depp débarque, tatoué comme un rockeur et looké comme un pistolero. C’est le moment pour les spectatrices de dégainer leurs smartphones et de pousser quelques cris d’excitation. Le duo joue les 4 titres de son futur album et une poignée d’autres  reprises du répertoire Beckien  (« Little Wing »,  « A Day in the Life »). L’acteur de Pirates des Caraïbes chante en s’accompagnant à la guitare, sans faire d’étincelles : voix sans relief, jeu de guitare basique et charisme minimal. Les reprises sont plutôt bonnes (notamment  « Venus in Furs » du Velvet),  mais si  ce n’était pas Johnny Depp au micro, cette partie du show n’aurait pas grand intérêt. On pourrait même considérer qu’elle prive les fans de Beck de quelques acrobaties guitaristiques. Surtout que le concert, conclu par un unique rappel, est assez court. Mais l’acteur est l’attraction de la tournée, le piment qui en fait la nouveauté… et le prix !   On pourra dire qu’on l’a vu jouer et chanter avec Jeff Beck. Et qu’on a passé une excellente soirée.

By |juillet 10th, 2022|Categories: Événement|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

cinq × trois =