Beck+Depp : 18

//Beck+Depp : 18

Beck+Depp : 18

Par Ph.D

En attendant de retrouver,  un jour peut-être, son aura ternie de star hollywoodienne, Johnny Depp renoue avec sa première passion : la musique. Après les bien nommés Hollywood Vampires (Alice Cooper, Joe Perry, Tommy Henriksen), Jeff Beck a , semble-t-il succombé, aux charmes troubles de l’ex-Pirate des Caraïbes et lui a offert une wild card sur  sa tournée européenne (voir ici) et quelques heures de studio pour un album de reprises assorti de  quelques originaux. Très honnêtement, un single (« Isolation »/ »This is a song for Miss Hedy Lamarr« ) aurait largement suffi à faire un peu de buzz et à contenter les fans des deux hommes. L’album n’apportera rien à la discographie en dents de scie du guitariste génial mais pas toujours inspiré sur ses choix musicaux, et confirme que Johnny Depp a bien fait de faire du cinéma plutôt que de se lancer dans une carrière de chanteur. En dehors des deux titres précités et d’une reprise du Velvet Underground (Venus in Furs) rehaussée d’un solo de guitare bien trituré,  rien ne vaut la peine d’être écouté plus d’une fois. Certains titres virant au prog-rock, au disco  ou à la techno sont même à oublier de toute urgence.

 

 

By |juillet 21st, 2022|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

quatre × 5 =