Renaud à Nikaïa

//Renaud à Nikaïa

Renaud à Nikaïa

(Photos Franck Fernandes/Nice Matin)

Par Philippe DUPUY

Après dix longues années d’absence,Renaud a réussi son retour à Nice. S’il voulait se mettre le public niçois définitivement dans la poche, il ne s’y serait pas pris autrement. Après avoir fait installer les enfants de l’assistance au premier rang (et affirmé qu’il s’arrêterait de chanter le jour où il n’y aurait plus d’enfants dans son public), le créateur de «Morgane de toi» et de «Mistral Gagnant» a annoncé que la recette du spectacle irait intégralement à l’association Promenade des Anges qui s’occupe des jeunes victimes du 14 juillet. Annonce ovationnée par la salle, déjà tout acquise au chanteur et prête à entonner à sa place tous les succès qui composent le concert. Car, comme l’avoue lui-même Renaud à la fin de «Toujours debout» (la chanson emblématique de son come-back) : «Retapé, remis sur pied, c’est vite dit!». L’alcool et les cigarettes ont, semble-t-il, définitivement eu raison de ses cordes vocales. Même s’il accuse désormais une méchante rhinopharyngite d’altérer ses performances (attention à l’embolie pulmonaire!), il se confirme au fil des concerts que Renaud est désormais un chanteur incapable de chanter.Sa voix n’est plus qu’un croassement pénible. D’un autre que lui, le public ne le supporterait sans doute pas. Mais il est tellement heureux de retrouver Renaud et de pouvoir chanter avec lui ses chansons favorites, que les concerts se transforment en karaoké géant. La mise en scène est superbe, avec les plus belles projections 3D qu’il nous ait été donné de voir. Elles forment des décors magnifiques et font apparaître des personnages plus vrais que nature au-dessus des musiciens. L’orchestre qui accompagne Renaud est très bon et sa musicalité compense partiellement les absences vocales du chanteur. Moyennant quoi, on passe une excellente soirée avec «Manu», «Germaine», «Pierrot», les «500 connards sur la ligne de départ», «Miss Maggie» et «La mère à Titi», entre autres chansons exhumées des profondeurs de la discographie du «chanteur énervant». De celles du dernier album, on retient surtout «Hyper Kasher», en hommage aux victimes du terrorisme,  dont la liste s’allonge, hélas, de mois en mois. À Nice, Renaud l’a dédiée à une petite fille de 11 ans, Amie, qui se faisait une joie de venir au concert avec son père et son frère, et qui a perdu la vie le 14 juillet sur la Prom. Un moment d’intense émotion partagée.

 

 

By |décembre 16th, 2016|Categories: Événement|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

trois + huit =