Amy Winehouse : Dix ans déjà

//Amy Winehouse : Dix ans déjà

Amy Winehouse : Dix ans déjà

(Photo Hadi Karimi) 

Par Philippe Dupuy

Le 23 juillet, cela fera 10 ans tout juste qu’Amy Winehouse nous a quittés,  laissant dans la soul pop anglaise un vide sidéral. Fille d’un chauffeur de taxi et d’une pharmacienne d’origine Russe, Amy Winehouse a grandi à Southgate au nord de Londres. Après avoir fait ses classes dans les pubs, elle publie en 2003 un premier album Franck , passé relativement inaperçu, mais connait une gloire fulgurante en 2007 avec le second Back To Black qu’elle présente au Midem de Cannes et dans lequel elle ressuscite l’âme du Rhythm’n’blues, de la Motown, des Shangri Las et des Ronettes. Incapable de gérer sa nouvelle célébrité, Amy devient, hélas, très vite la proie des tabloïds du monde entier qui la traquent pour ses frasques d’alcoolique et de camée. Incapable d’assurer correctement la plupart de ses concerts, elle qui chantait « Je ne veux pas aller en detox, non, non non » (« Rehab »), va de cure de désintoxication en cure de désintoxication, sans le moindre succès. Programmée puis déprogrammée à l’été 2011 au Sporting de Monte Carlo, elle avait entamé au printemps une nouvelle tournée, qui s’est achevée prématurément le 18 juin à Belgrade,  où elle était montée sur scène ivre morte incapable de chanter. Dés lors, l’issue fatale ne semblait plus faire beaucoup de doutes. Le 23 juillet, Amy Winehouse rejoignait Brian Jones, Jimi Hendrix, Jim Morrison, Janis Joplin et Kurt Cobain au fameux « club des 27 », qui réunit les rock stars mortes à cet âge, décidément fatidique. Reste une voix qui a touché le monde, un look de Cléopatre punk aux yeux étirés et à l’improbable choucroute, et une légende qui veut qu’après qu’elle ait chanté « Ain’t too proud to beg » des Temptations avec les Rolling Stones, Keith Richards, roi de la déglingue mais fin connaisseur en matière de Rhythm ‘n’blues, se soit écrié : « C’était qui ? Aretha Franklin ? ». Pour les dix ans de sa disparition, Arte lui rend hommage sur son site avec un concert enregistré en 2007 à Londres et un documentaire de la série Classic Albums consacré à l’enregistrement de Back to Black. L’excellent  documentaire d’Asif Kapadian, Amy, est également  disponible sur Salto et en vidéo à la demande.  Sa maison de disques a, par ailleurs,  publié cet hiver un excellent triple album de lives enregistrés à la BBC qui permet de mesurer la perte qu’a représenté sa disparition pour la soul pop anglaise.

By |juillet 18th, 2021|Categories: Événement|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

4 × 2 =