The White Lotus

//The White Lotus

The White Lotus

Par Phil Inout

Le Pitch

A Hawaï, les clients du palace White Lotus profitent de leurs vacances dans un cadre idyllique, pris en charge par un personnel des plus agréables et serviables. Mais très vite, il devient clair que le bonheur apparent et les sourires de façade sont trompeurs…

Ce qu’on en pense

Si, contrairement à vos amis Instagrameurs, vous n’avez pas passé vos vacances d’été dans un “resort” luxueux et exotique, consolez-vous : la nouvelle série de Mike White (auquel on doit la mémorable Enlightened avec Laura Dern), vous emmène dans un palace Hawaïen et on vous jure que vous ne regretterez pas de ne pas y être allé en vrai. Le personnel a pourtant l’air charmant,  mais le directeur est un inverti ex-cocainomane,  la réceptionniste du spa  joue les psys new-age et le beau serveur hawaïen a une dent contre les touristes-colons. Mais le pire ce sont les clients : un jeune marié en voyage de noces payé par maman qui ne songe qu’à se faire surclasser,  sa belle épouse qui refuse son rôle de trophée et se morfond, une riche mémère alcool- dépressive qui trimbale partout les cendres de sa mère, une famille apparemment parfaite mais le père est persuadé d’avoir un cancer des testicules, le fils accro à son portable refuse de mettre le nez dehors , la fille a invité une copine camée aux médicaments et passe son temps à dénigrer tout le monde et la mère est incapable de déconnecter de son boulot à l’international…  Ecrite avec une plume trempée dans l’acide,  la série s’apparente plutôt à un “film long” et tient sur les dialogues et le jeu des acteurs (tous excellents)  plus que sur l’action, quasi inexistante. C’est cruel et vachard,  mais qu’est-ce que c’est bon !  Vivement la saison 2 .

By |octobre 6th, 2021|Categories: Séries|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

1 × 3 =