Le Temps d’aimer

//Le Temps d’aimer

Le Temps d’aimer

Par Ph.D

Le pitch

1947. Sur une plage, Madeleine (Anaïs Demoustier), serveuse dans un hôtel-restaurant, mère d’un petit garçon, fait la connaissance de François (Vincent Lacoste), étudiant riche et cultivé. Entre eux, c’est comme une évidence. La providence. Si l’on sait ce qu’elle veut laisser derrière elle en suivant ce jeune homme, on découvre avec le temps ce que François tente de fuir en mêlant le destin de Madeleine au sien…

Ce qu’on en pense

Lauréat du festival d’Angoulème (lire ici), le nouveau film de Katell Quillévéré ( Suzanne, Réparer Les Vivants) déçoit pourtant dans son incapacité à rendre crédible les personnages, les situations et les bons sentiments qui l’animent. Un pur mélo  à l’ancienne,  dans lequel Vincent Lacoste et Anaïs Demoustiers déroulent la partition sans convaincre. Les rares audaces du scénario ( une tentative de triolisme avec un GI noir racisé et la relation dangereuse de François avec un étudiant mineur) ne mènent à pas grand chose et semblent avoir été rajoutés pour corser la sauce. En vain.

By |avril 13th, 2024|Categories: ça vient de sortir|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

1 + 2 =