Restos/Bars

/Restos/Bars

St Laurent du Var : Le Leedy’s

Restos/Bars|

Recommandé par Jacques Gantié (Table Libre)

(Photos J.G)

Monaco : Maya Mia

Restos/Bars|

Dernière trattoria ouverte à Monaco (en juillet 2019), sur la place de la Crémaillère,  Maya Mia est une adresse colorée,  avec jambons suspendus, meules de parmesan et Vespa à l’entrée. Comme son nom le laisse penser, le restaurant est une création du  groupe Jean-Victor Pastor (Maya Bay, Maya Jah),  auquel manquait une cuisine  “italienne”. Le chef Stefano Francioso  y interprète les standards avec bonheur. A commencer par la pizza  (préférez la Maya Mia : sauce tomate, aubergine grillée, mozzarella), le  carpaccio de thon, tapenade, asperge, roquette et tomates cerises, les raviolis aux aubergines et burrata, l’escalope de veau panée et pommes de terre au four,   le tiramisu, la panna cotta… On peut même se risquer sur le  burger-frites Maya focaccia, car ici tout est au diapason : cuisine, service, ambiance,  carte des vins… Avec des prix raisonnables (35-55 euros) sinon italiens (on est quand même à Monaco), Maya Mia fait déjà partie des bonnes adresses à succès de la Principauté.

 

 

 

Villeneuve Loubet : La Flibuste

Restos/Bars|

Adresse historique de Marina Baie des Anges, au pied du Commodore, La Flibuste poursuit son ascension sous la houlette de son propriétaire depuis dix-sept ans, Roger Martins et de la cheffe Eugénie Béziat, formée chez Michel Guérard. Dans la salle à manger,  élégante et contemporaine (grandes baies, terrasse, salon et cave à vins murale),  la gastronomie a désormais toute sa place, consacrée d’une étoile au Michelin. A la carte : sole cuisson douce, topinambour confite au lard colonata. Sabayon blanc à la noix de cajou et jus au vetiver,  Ris de veau céleri de Provence et réglisse de Calabre. Condiment câpre et citron vert. Jus de cèleri concentré et noix grillée, agneau des Adrets selle rôtie et épaule grillée puis braisée, comme un «Yassa», légumes de saison et jus de braisage au citron, sériole farcie à l’anguille fumée, «attieke» à la cacahuète, salsifi et bouillon concentré de crevettes du pays. …  Dans l’assiette,  c’est pictural,  délicat, soigné. Le service, dirigé par Tony Lefrançois, est au diapason. Les prix, surtout à midi, ne flambent pas. Cap sur la marina et à l’abordage !

 

Hyères : Chez Lulu

Restos/Bars|

(Photo Franz Chavaroche)

Par Jacques Gantié 

Provence ou Toscane ? A l’orée de la vieille ville de Hyères, porte du Fenouillet, Chez Lulu invite simplement l’Italie. Saveurs, produits, malice, atmosphère… on connaît les ingrédients d’une trattoria réussie, qu’on soit près de Florence, dans les Pouilles, au Piémont, en Ombrie ou Ligurie. Il y a tout cela, la foi autodidacte en plus, dans le restaurant ouvert il y a six ans par Lucienne Ferrer et Jean-Etienne Parrocel. Un amour de bouchon – quinze places, per piacere, réservez ! – épatant pour goûter, rire, trinquer ou lier connaissance.  Dans ce théâtre au décor d’ancienne triperie avec vitrine, banquettes, lustre et tentures, étagères de pâtes artisanales et vins italiens, Jean-Etienne Parrocel cuisine en artisan de la pasta, Lulu sert, anime et commente l’inspiration du jour écrite sur papier quadrillé, comme à l’école. On a faim et soif d’apprendre ! Pour réviser l’art de la cuisine povere, voici les jambons de Parme de Gianferrari à Canossa, la porchetta toscane de Dario Cecchini, sur les terres du Chianti, les pâtes aux courgettes à la napolitaine, la cima genovese (viande de veau farcie de légumes et pignons), les raviolis citron-ricotta et speck du Piémont, les délicieuses mafaldine, comme des petites lasagnes, aux cèpes et gorgonzola, les saucisses perrugine à la polenta, les orechiette des Pouilles, anchois et brocolis, la caponata sicilienne, compotée d’aubergines. Et le tiramisu-fraise, et le flan à l’orange ! Cette collection à géométrie saisonnière puise à la source des régions d’Italie, les vins ont corps et âme – l’Amarone della Valpolicella ! -, les pâtes changent au fil des jours et, comme il se doit, l’important est autant le produit et la cuisson que la sauce. Et Lulu ? Dans la salle piccola ou sur la terrasse-soleil, son timbre et son tonus vous changent des humeurs en berne. Tout à côté, le Frigo de Lulu, boutique-épicerie aux produits et vins bio de la botte, ouvre son étal quotidien aux formules midi et plateaux de charcuteries (10 à 12 euros) ou à l’aperitivo de fin de semaine. Même esprit, même légèreté, même produits… la fête !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ollioules : Bouchon

Restos/Bars|

Par François Baille

L’adresse est atypique ! Planté dans un endroit discret d’une zone commerciale, Bouchon se veut ouvert à tous. On découvre en poussant la porte, une fantastique cave à vin avec plus de neuf cents références qui nous font voyager dans les meilleures appellations. Une salle de restaurant chic et sympa, une équipe dévouée à la clientèle. Voila pour le décor ! Les patrons aiment faire partager leur savoir-faire. En cuisine, c’est le jeune chef Romain Janin, bien entouré de Thibaud et Christophe qui proposent au quotidien une carte du marché. Produits frais, poissons de Sanary et de l’Amap des Olivades. On savoure des plats créatifs, raffinés et délicats.

BOUCHON.JPG

 

 

 

 

Nice : Le Bistronome

Restos/Bars|

Par Elodie Leman

On aime pouvoir sortir d’un restaurant avec le ventre plein… sans se vider le porte-monnaie. C’est le défi que le chef Anthony Soler relève depuis deux ans dans son restaurant Le Bistronome. Après être sorti major de promotion à l’école hôtelière de Nice, il a travaillé pour de prestigieuses enseignes de la région. Il fait le grand saut en ouvrant son restaurant en août 2014. Confiant sur ses qualités de cuisinier, il dit  qu’il souhaite « avant tout offrir aux clients quatre choses indispensables : des produits frais achetés chaque matin au marché, des prix abordables, des plats avec des ingrédients de saison et de l’originalité. » Sa carte propose cinq plats et change toutes les semaines. Même si l’on retrouve des inspirations asiatiques voire du monde entier, rien n’est constant. Ainsi, « le client a l’impression de changer de restaurant à chaque visite. » Le Bistronome est une adresse qui n’a qu’un seul mot d’ordre : une éthique au service du plaisir.

bistronome

 

 

 

Nice : Mon Petit Café

Restos/Bars|

Recommandé par Jacques Gantié (Table Libre) 

Ancien de L’ Arpège d’Alain Passard, du Jamin de Robuchon, de L’ Ambroisie de Bernard Pacaud, du  Pavillon Ledoyen et de quelques autres escales à Paris et en Corse (L’ Emile’s à Calvi), David Angelot  s’est installé depuis peu dans la cuisine de poche du Petit Café, rue Grimaldi à Nice. Une table qui tranche sur la bistronomie niçoise :  parquet, banquettes, accueil cool et discret, murs au bleu tendresse,  terrasse vitrée sur la rue… La déco est vintage, arty, littéraire… En cuisine, le métier de David Angelot s’exprime dès l’entrée de tourteau avec brunoise de navets, mangue, coriandre et siphon de noix de coco. La fricassée cèpes et escargots ? Même tenue, même évidence.  Sur l’ardoise aux six desserts, une délicieuse feuillantine pralinée, mousse et sorbet mandarine, crème de marron,  est aussi acquise à la cause de cette cuisine tranquillement gastronomique, sans rituel ni dorure, qui sera facturée autour de 50 € ( entrée, plat, dessert et un vin au verre) . Mon Petit Café est, avec Séjour Café, sa voisine et presque jumelle (tenue par la soeur du propriétaire), l’une des tables de plaisir et de refuge du centre ville.

Nice : Miamici

Restos/Bars|

Ouvert en juillet sur le boulevard Victor Hugo, à l’emplacement de l’ancien Panisse , jouxtant l’ hôtel Holiday Inn, pile entre les arrêts de tram Jean Médecin et Alsace Lorraine, Miamici joue sur deux tableaux : bar à cocktail au look délicieusement 50’s  d’un côté et trattoria contemporaine de l’autre. Vaste salle lumineuse, cuisine ouverte, déco atelier et tables en bois clair : l’espace restauration est aussi accueillant que le jeune manager Alexis Roy, parisien vite acclimaté qui assure, avec sourire et efficacité, la fluidité du service en salle (70 couverts). La carte est résolument méditerranéenne avec pour principe l’abondance des produits frais et naturels de saison : copieuse focacia à partager (en 4 ! ) à l’apéro, savoureuse Burratina ( burrata di bufala des Pouilles confiture de tomates et tomates cerises) en entrée, délicat carpaccio de Daurade fenouil pistache et grenade  ou Baracuda    (bar, fleur de courgettes farcies à la ricotta di bufala & sauce vierge) pour suivre et  Semifreddo (dessert presque glacé au caramel de pistache et framboises) ou Mousse au chocolat à partager (en 4 aussi !) pour finir, car la vie est courte et les plaisirs sont rares. Jolie carte de vins italiens et de provence pour accompagner le tout,  avec une addition qui flirte avec les 50 euros tête, sans qu’on les regrette. Avec sa large terrasse ouverte sur le boulevard pour déjeuner au soleil et un vaste choix de cocktails maison pour l’afterwork, “Mes Amis” devraient rapidement devenir les vôtres. Pour les non italophones, l’enseigne peut aussi se lire “Miam, ici“. Et elle tient ses promesses !

 

Beaulieu : Batik Plage

Restos/Bars|

Il n’est pas de bon bec qu’à Pampelonne.  L’art de la plage se cultive aussi à Beaulieu sur mer Angélique et Frédéric Rosso ont créé Batik Plage. Dans un univers luxuriant et exotique, où matelas et beds au confort haut de gamme accueillent les baigneurs, la carte du chef Stéphane Bouillot, s’épanouit autour de plats asiatiques (salade de nouilles aux crevettes et légumes croquants, Nasi Goreng, poêlée de riz, œuf et légumes sautés) et de valeurs sure comme les ceviches, le tartare de dorade, la fraîcheur de homard aux agrumes,  la salade de quinoa façon niçoise végétarienne, le Black Cod mariné,  le wok de légumes croquants ou la  pizza à la truffe. Estampillée «La plage by l’African Queen», Batik  affiche sa filiation avec le restaurant incontournable du port où Bono à son rond de serviette et auquel elle apporte un prolongement balnéaire. On ne serait pas étonné d’y croiser un U2 ou deux cet été.   

Cannes: Le Hit

Restos/Bars|

C’est le genre d’adresse, à deux pas de la gare,  qu’on voudrait garder confidentielle pour être sûr de pouvoir y trouver de la place quand on veut. Hélas, la réputation du Hit est déjà internationale ! Ses fans ont même ouvert spontanément une page Facebook pour en vanter les mérites… Il faut dire que c’est surement la meilleure adresse de Cannes dans la catégorie “cuisine de bistrot” : tables en bois, nappes à carreaux, banquettes rouges (un décor à la Joe Allen), petite terrasse, assiettes bien garnies, plats du jour inventifs et rapport qualité prix imbattable. L’accueil peut-être rugueux  (Jean Louis, le patron,  est un grand anxieux),  mais cela s’arrange une fois installé et,  en fin de service, vous ferez partie de la famille.  Dans l’assiette, rien de rare mais de la bonne cuisine de bistrot : pâtes, risottos, moules, tartares, grillades, poissons fraisTout est bon, bien servi et la carte est rafraîchie trés régulièrement.   Ne le répétez pas,  mais c’est notre cantine pendant le Festival, le Midem, le  Mipcom, Cannes Lions et tous les autres événements cannois.

 

Grasse: La Bastide Saint Antoine

Restos/Bars|

Par Laurence Lucchesi 

D’abord le cadre, digne d’un film en technicolor, où le bleu azuréen le disputerait au vert éclatant et au pourpre. Somptueux édifice rehaussé de bougainvilliers, La Bastide Saint-Antoine, (Relais & Châteaux) est un concentré de beauté sur les hauteurs de Grasse. Niché dans un écrin bucolique à souhait, où il fait bon s’attarder, par un bel après-midi d’été, dans la douceur de la terrasse ombragée. Et puis la jubilation du palais, avec cette cuisine d’exception qui vaut au restaurant de Jacques Chibois d’être à la fois toqué, étoilé et d’appartenir aux grandes tables du monde… C’est dans ce lieu idyllique que Valérie Rousselle, la propriétaire de Château Roubine, dans le Var, a tout naturellement choisi de lancer La Vie en rose, le petit dernier de sa collection d’été, un brut rosé fleurant bon le soleil provençal, présenté dans une ravissante bouteille sérigraphiée. Un cru féminin et exquis,  autour duquel le chef a imaginé tout un menu à nous faire rosir de plaisir. Dont ce sublime crémeux, conçu par le chef pâtissier Stéphane Manguin. Un vrai rêve de légèreté…

chib2

 

 

Nice : Le Comptoir 2 Nicole

Restos/Bars|

Avec sa grande salle malicieusement habillée  de jupons niçois  et d’œuvres d’art  par Jacqueline Morabito , son bar à cocktails de compétition et sa terrasse accueillante et animée, à deux pas du cours Saleya,  Le Comptoir 2 Nicole a rapidement trouvé sa place dans le circuit niçois. Créé par 3 amis, Domenico, Pierre-Marie et Christopher,   qui rêvaient d’un endroit chic mais pas trop cher  où se retrouver  pour bruncher, boire un verre, déjeuner ou dîner, l‘endroit réussit  à combiner  assez miraculeusement esprit de fête, bonne chère, convivialité et  intimité. On y vient aussi bien en bandes pour bruncher ou dîner sur la terrasse, avec Dj ou orchestre, à midi pour les déjeuners d’affaires et le soir pour les dîners en amoureux. Au menu et à la carte, supervisés par la célèbre voisine de La Petite maison,  qui a aussi prêté son prénom, on déguste souris d’agneau,  pain bagnat façon baguette, ratatouille, pissaladière , gnocchis, rabiata ,  poireaux à l’huile,  burrata  mozarella et truffe ,  pâtes,  risotto,  sardines  grillées, marinées ou farcies, sauté de moules,  vongoles et thon. Pour les afterworks, à partir de 18h00,  assiettes de charcuterie, fromages, tapas , saumon, foie gras et foccacia. Le brunch est un incontournable du week end. Et tout ça sans se ruiner dans une ambiance chic mais décontractée. Que demander de plus ?

Toulon : Etc

Restos/Bars|

Recommandé par Jacques Gantié (Table libre)

Ancien magasin de musique devenu épicerie-table-coffee-shop, Etc a été  lancé en juin par Sébastien Villemiane et Jessie Savéan. Avec quelques autres  adresses « à manger » proches de la Place d’Armes, celle-ci, sans doute la plus cool, contribue à changer l’atmosphère du quartier.  Le comptoir aux balançoires, les rayonnages de resto-épicerie chargés de bocaux et conserves, les flacons de vins nature,  les ardoises qui annoncent plats et smoothies du jour, le vélo accroché au mur de l’arrière-salle… Etc, la joue bobo-écolo-bio.  Sebastien a travaillé au Plaza-Athénée, puis  sept ans à «L’Endroit», restaurant des Batignolles où il a rencontré Jessie. Etc. est plus modeste, mais fait simple et bon. Des déjeuners aux soirées music live et des afterworks aux brunches du samedi, on trouve toujours son bonheur dans ce resto plus convivial que conceptuel,  qui multiplie animations et rencontres. L’assiette, d’inspiration tous terroirs, régale un honnête homme : parmentier de filet mignon de cochon, raviolis quatre fromages à la crème de parmesan, le vieux chariot aux sept fromages, la mousse au chocolat, gourmande et légère…  On en ferait volontiers sa cantine. 

 

Antibes: L’Arazur

Restos/Bars|

Recommandé par Jacques Gantié (Table libre)

Avant d’ouvrir leur restaurant du Vieil Antibes, Lucas Marini et Jeanne Martin ont vu du pays. Le Meurice avec Yannick Alleno, Le Grand Véfour de Guy Martin, Ledoyen avec Christian Le Squer, Le Mirazur de Mauro Colagreco pour Lucas. L’Institut Paul Bocuse, Le Bristol avec Eric Fréchon, L’Astrance de Pascal Barbot, Jean Georges Vongerichten à New York et Mauro Colagreco à Menton pour Jeanne. Deux ans après son ouverture, L’Arazur est l’une des meilleures tables d’Antibes. De sa cuisine ouverte sortent des plats limpides: carpaccio de loup, pickles de légumes et vinaigrette au kiwi. Asperges vertes rôties, sauce parmesan, condiment ail noir et jaune d’oeuf.  Homard-chanterelles. Ris de veau, petits pois à la sarriette, sauce soja et ciboulette. Fruits exotiques, crémeux mascarpone, crumble café et sorbet fruit de la passion…  L’influence de Christian Le Squer pour les fondamentaux et de Mauro Colagreco pour la créativité se fait sentir.  Salle claire, décor de bistrot-gastro, cave éclectique,   cette jeune adresse à la trentaine de couverts avec terrasse sur la rue, a compris qu’il ne suffisait pas d’être doué pour rafler la mise : accueil en douceur et addition en harmonie sont les gages d’un succès durable.

(Photos JG)

Cannes : Table 22

Restos/Bars|

Recommandé par Jacques Gantié (Table libre)

Au milieu de la rue Saint Antoine, où fleurit la bistronomie, trône Mantel. A l’enseigne Table 22, cet élève  de Maximin et Ducasse tient le haut du pavé Cannois depuis belle lurette. Point de lassitude pourtant,  ni de signe d’usure : récemment rebaptisé, le restaurant a aussi été agrandi et rénové : lumineux, tons pastels , parquet de bois blond, déco contemporaine avec une touche nordique qui contraste avec la cuisine, toujours solidement ancrée dans le terroir Méditerranéen. Ravioli de Homard aux poireaux fondants, jus de crustacés émulsionné. Risotto cuisiné à l’italienne, jus de veau aux produits de saison. Les poissons de la pêche locale. L’agneau de Provence en carré  juste rôti au thym – pommes grillées – cèpes frais. Côte de veau fermière cuite au poêlon pommes grenailles – carottes fondantes. Filet de boeuf à la fleur de sel légumes de saison… Maîtrise culinaire et produits de premier choix, l’adresse reste une valeur sure. On peut aussi, pour dîner sur le pouce ou prolonger l’apéro, goûter  aux délicieuses “petites assiettes” du chef,  arrosées d’un verre de vin sélectionné par Demetrio Argibay, dont la carte accueille grands vins et petits producteurs. La vie n’est pas compliquée chez Noël Mantel:  elle est belle, tout simplement.